Éthiopie : La libération d’Eskinder Nega doit amorcer la libération de tous les prisonniers d’opinion

Le journaliste Eskinder Nega, prisonnier d’opinion adopté par Amnesty International, comptera parmi les 746 détenus libérés en Éthiopie à la faveur d’une grâce gouvernementale.

« Quelle joie d’apprendre que ce courageux journaliste recouvrera bientôt sa liberté, après sept années passées derrière les barreaux uniquement pour avoir fait son travail. Il n’aurait jamais dû aller en prison, ne serait-ce qu’un seul jour », a déclaré Sarah Jackson, directrice régionale adjointe pour l’Afrique de l’Est, la Corne de l’Afrique et la région des Grands Lacs à Amnesty International.

« Toutefois, le monde ne doit pas oublier les milliers d’autres personnes qui croupissent derrière les barreaux pour des accusations de terrorisme forgées de toutes pièces et motivées par des considérations politiques, notamment Bekele Gerba, Addisu Bulala et Woubshet Taye. Tous les prisonniers d’opinion doivent être libérés immédiatement et sans condition, et indemnisés pour les graves injustices subies. »

Complément d’information

Au moment de son arrestation, Eskinder Nega était rédacteur en chef du journal Satanaw. Il a été arrêté après avoir publié un article sur le Printemps arabe dans lequel il se demandait si un tel mouvement populaire en faveur de la démocratie pourrait prendre en Éthiopie. Il a été inculpé d’avoir fourni un soutien à des terroristes en vertu de la très sévère Loi relative à la lutte contre le terrorisme, et a été condamné à 18 années d’emprisonnement. Il est depuis détenu dans la prison de Kality à Addis-Abeba, un établissement de sinistre réputation où 8 000 prisonniers croupissent dans des cellules surpeuplées, délabrées et mal ventilées.

L’opposant Andualem Aragie, qui purge une peine de réclusion à perpétuité pour des accusations de terrorisme forgées de toutes pièces, doit être libéré en même temps qu’Eskinder Nega.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition