Éthiopie : Le nouveau Premier ministre doit agir pour les droits humains

Le futur Premier ministre éthiopien doit accorder une priorité élevée à la lutte contre la profonde crise des droits humains que connaît le pays, a déclaré Amnesty International après l’élection d’Abiy Ahmed à la tête du Front démocratique révolutionnaire populaire éthiopien (FDRPE), qui ouvre la voie à sa nomination au poste de Premier ministre.

Si cela est approuvé par le Parlement, Abiy Ahmed, qui est également aux commandes de l’Organisation démocratique du peuple oromo - un parti membre du FDRPE -, remplacera le Premier ministre Hailemariam Desalegn, qui a annoncé sa démission en février « dans le but de faciliter les réformes ».

« L’élection d’Abiy Ahmed pourrait signaler le début d’une nouvelle ère en Éthiopie si elle est suivie de mesures concrètes relatives à la mise en œuvre de réformes de grande ampleur en faveur du respect des droits humains dans le pays  », a déclaré Salil Shetty, secrétaire général d’Amnesty International.


« S’il devient Premier ministre, Abiy Ahmed et son gouvernement devront adopter des mesures urgentes afin de résoudre la crise des droits humains en Éthiopie, par le biais de véritables réformes concrètes.  »

L’ascension d’Abiy Ahmed à la tête de la coalition au pouvoir survient alors que le pays vient de décréter l’état d’urgence pour la deuxième fois en moins de deux ans, imposant de sévères restrictions à l’exercice des droits humains et des libertés individuelles, à un moment où les Éthiopiens réclament plus de liberté et de respect pour leurs droits fondamentaux dans leur pays.

Le 10 mars, les forces de sécurité ont tué au moins 12 civils et en ont blessé de nombreux autres dans la ville de Moyale (sud du pays). Il s’agit de l’un des épisodes les plus choquants depuis le début de l’état d’urgence, le 16 février. Le poste de commandement pour l’état d’urgence a reconnu que l’homicide de civils à Moyale était injustifié, l’attribuant à des « informations erronées fournies par les services de renseignement ».

Durant le weekend, 12 prisonniers politiques récemment relâchés, notamment Eskinder Nega, un prisonnier d’opinion adopté par Amnesty International, ont de nouveau été arrêtés à Addis-Abeba, à peine un mois après leur libération. Dix-neuf autres personnes, parmi lesquelles des universitaires, ont également été appréhendées à Bahir Dar, dans la région Amhara.

« L’homicide de civils, la réarrestation de prisonniers politiques récemment libérés et la récente vague d’arrestations ne présagent rien de bon concernant le programme de réforme promis de longue date en Éthiopie », a déclaré Salil Shetty.

« S’il est approuvé par le Parlement, le nouveau gouvernement d’Abiy Ahmed doit commencer par libérer les prisonniers d’opinion et réformer ou abroger toutes les lois répressives, notamment la Proclamation relative à la lutte contre le terrorisme et la Proclamation sur les organisations caritatives et associations éthiopiennes, des textes draconiens qui ont joué un rôle important dans le recul des acquis en matière de droits humains dans le pays. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Solidarité avec la société civile hongroise

Alors que le gouvernement hongrois affiche tous les jours plus sont mépris pour les droits humains, il est urgent de soutenir les ONG dont Amnesty International Hongrie. Signez la pétition !