Fête des mères : l’UE doit reconnaître que la santé mondiale est une question de droits humains

Communiqué de presse du Bureau européen d’Amnesty International

Bruxelles, le 6 mai 2010

À l’approche de la Fête des mères 2010, Amnesty International souhaite attirer l’attention des dirigeants de l’Union européenne (UE) sur la nécessité d’améliorer la santé maternelle dans le monde. Alors que les conclusions du Conseil de l’UE sur la Communication sur la Santé mondiale de la Commission européenne sont attendues très prochainement, Amnesty International exhorte l’UE à traiter le concept de santé mondiale comme une question de droits humains, ce qui n’est pas vraiment le cas pour l’instant dans la communication de la Commission.

Cette communication devrait servir de base à l’élaboration d’une position européenne commune, à l’approche du sommet 2010 des Nations unies sur les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) en septembre, en définissant une approche fondée sur les droits humains. Cela est particulièrement important pour la réalisation de l’OMD 5, qui consiste à réduire la mortalité maternelle et à permettre un accès universel à la santé reproductive. Plus de 500 000 femmes meurent chaque année en donnant la vie, et 99 % de ces décès surviennent dans les pays en développement.

L’amélioration de la santé maternelle se heurte à de nombreuses et graves violations des droits humains telles que la discrimination de genre, les mutilations génitales féminines, les avortements pratiqués dans de mauvaises conditions, les mariages forcés, les mariages de mineures et les violences sexuelles. Par conséquent, Amnesty International est déterminée à convaincre l’UE qu’elle doit prendre en compte les obstacles spécifiques que rencontrent les femmes et les jeunes filles pour se soigner, et qu’elle doit promouvoir leurs droits sexuels et reproductifs, notamment leur droit d’accéder à des programmes de planning familial et à des méthodes contraceptives librement choisis, sûrs et efficaces.

« Les progrès observés en ce qui concerne les Objectifs du millénaire pour le développement sont liés aux progrès des droits humains dans le monde. L’UE doit aborder la question des violations des droits fondamentaux qui font obstacle au droit à la santé. Cela permettrait que les causes sous-jacentes de la pauvreté, comme la discrimination, soient prises en compte et que les groupes les plus vulnérables de la société soient considérés comme prioritaires, a déclaré Nicolas Beger, directeur du Bureau européen d’Amnesty International.

En 2008, le Parlement européen a adopté une résolution exprimant une vive préoccupation au sujet des progrès insuffisants de la réduction de la mortalité maternelle dans le monde, mais peu de mesures concrètes ont été prises depuis lors. L’UE doit faire davantage pour que des soins maternels abordables et de qualité soient accessibles à toutes. La meilleure façon d’atteindre cet objectif est de créer un mécanisme efficace de suivi et d’obligation de rendre des comptes garantissant le meilleur état de santé susceptible d’être atteint, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’UE.

« L’Union européenne doit envisager la santé sous l’angle des droits humains, non seulement pour améliorer la santé maternelle, mais aussi pour éradiquer les violations des droits humains qui la compromettent. Ces objectifs ne seront atteints qu’en luttant contre la discrimination, en assurant l’accès de toutes les femmes aux soins de santé, notamment aux plus vulnérables, et en prévoyant des voies de recours efficaces et des réparations pour les victimes de violations des droits humains », a conclu Nicolas Beger.

Amnesty International mène actuellement une campagne européenne pour protéger les droits des femmes et fillettes ayant subi ou risquant de subir des mutilations génitales féminines (MGF). Les MGF sont une violation des droits humains qui empêche la réalisation de plusieurs Objectifs du millénaire pour le développement. Pour en savoir plus : www.endfgm.eu

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.