Fidji. Procès de trois policiers et deux soldats pour torture

L’ouverture du procès de trois policiers et deux soldats, pour agressions physiques et sexuelles sur un homme se trouvant en détention sous leur responsabilité, doit être accompagnée d’une enquête indépendante et impartiale sur tous les abus passés attribués aux forces fidjiennes de sécurité, a déclaré Amnesty International mercredi 21 octobre.

Quatre de ces hommes ont comparu devant le tribunal de police et correctionnel de Nasinu après la publication en ligne d’une « vidéo de torture », les montrant en train d’attaquer Iowane Benedito à coups de barre de fer et de matraque en novembre 2012.

On ignore où se trouve le cinquième homme.

« Cette vidéo révèle le degré de brutalité dont certains éléments de la police et de l’armée sont capables. Les coups répétés infligés à Iowane Benedito, d’une grande violence, constituent clairement des actes de torture », a déclaré Josef Benedict, directeur des campagnes dans l’Asie du Sud-Est et le Pacifique.

Amnesty International a reçu de nombreuses informations selon lesquelles les forces fidjiennes de sécurité utilisent la torture et d’autres formes de mauvais traitements contre des personnes en détention sous leur responsabilité.

« Cela fait longtemps que cette victime de la torture attend qu’on lui rende justice, mais de nombreuses autres n’ont toujours pas vu leur plainte donner lieu à une enquête. Il faut que justice soit rendue dans tous ces cas afin de garantir à la population fidjienne que les mauvais traitements et la torture ne sont plus tolérés », a déclaré Josef Benedict.

« Le gouvernement doit mettre fin à cette culture d’impunité, il doit diligenter des enquêtes indépendantes sur toutes les affaires de mauvais traitements. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.