France. Bonne nouvelle : la solidarité n’est pas un crime

Un tribunal français a décidé d’acquitter ce vendredi 13 juillet Martine Landry, une femme de 73 ans accusée d’avoir aidé deux demandeurs d’asile âgés de 15 ans en France.

« La décision d’aujourd’hui n’est pas seulement une victoire pour la justice mais aussi pour le bon sens. Martine Landry n’a rien fait de mal. En emmenant deux jeunes gens à un commissariat de police pour qu’ils puissent être enregistrés et pris en charge en tant que mineurs, elle a agi avec compassion et dans le respect de la loi », a déclaré Gauri van Gulik, directrice pour l’Europe à Amnesty International.

« L’épreuve de Martine Landry est maintenant terminée et c’est un soulagement, mais elle n’aurait jamais dû être accusée. »

« Cette décision et celle du Conseil constitutionnel, qui a considéré le 6 juillet dernier que les personnes qui aident des personnes migrantes à circuler sur le territoire dans un but humanitaire ne devaient pas être poursuivies, met en lumière la nécessité de réformer la loi française, qui n’est pas conforme au droit international. Selon ce dernier, seules sont répréhensibles les actions d’aide aux étrangers en situation irrégulière qui ont été faites dans le but de retirer un “avantage financier ou [...] matériel”. »

Toutes les infos
Toutes les actions

Maisons de repos : garantir les droits humains des résidents

Pétition demandant que priorité soit donnée aux efforts visant à respecter, protéger et rendre effectifs les droits humains des résident·e·s

2021 - Amnesty International Belgique N° BCE 0418 308 144 - Crédits - Charte vie privée
Made by Spade + Nursit