Gare à la contagion de l’interdiction de voyager de Trump

Les dirigeants de la planète doivent s’opposer à l’interdiction de voyager décrétée par le président des États-Unis Donald Trump, car c’est une mesure manifestement discriminatoire, et redoubler leurs efforts pour réinstaller les réfugiés les plus vulnérables qui fuient la guerre et les persécutions dans le monde, a déclaré Amnesty International mercredi 1er février.

« Le chaos et l’indignation provoqués dans le monde par l’interdiction de voyager du président Trump devraient servir d’avertissement aux gouvernements tentés de prendre exemple sur lui. Amnesty International continue de condamner fermement la décision du président Trump d’interdire l’entrée des États-Unis aux réfugiés syriens pour une durée indéterminée, ainsi que l’arrivée sur le territoire de ressortissants de six autres pays majoritairement musulmans », a déclaré Audrey Gaughran, directrice du programme Thématiques mondiales d’Amnesty International.

« Ces mesures ont non seulement des effets dévastateurs sur des milliers d’hommes, de femmes et d’enfants touchés directement, mais elles pourraient aussi s’avérer désastreuses pour le système de protection international dans son ensemble. »

Toutes les infos
Toutes les actions

Ahmed H. doit être autorisé à rentrer chez lui

Ahmed H., incarcéré à tort pour « complicité d’acte terroriste », n’a plus vu sa femme et ses filles depuis 4ans. Chypre doit l’autoriser à rentrer chez lui, auprès de sa famille. Il risque d’être renvoyé en Syrie.