Ghana. Amnesty International publie un programme relatif aux droits humains pour le nouveau président

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

À l’heure où John Evans Atta Mills prend ses fonctions après des élections très serrées au Ghana, Amnesty International publie ce jeudi 8 janvier 2008, à l’attention du nouveau président, un programme en sept points relatif aux droits humains.

« Nous appelons M. Atta Mills, maintenant qu’il a pris ses fonctions, à placer les droits humains au cœur de son programme politique et à s’engager, ainsi que son gouvernement, dans un programme clair de protection de ces droits », a déclaré Véronique Aubert, directrice adjointe du Programme régional Afrique d’Amnesty International.

Le programme relatif aux droits humains établi par Amnesty International à l’attention du nouveau président comporte les points suivants :

• l’abolition de la peine de mort ;

• la réduction significative de la grave surpopulation dans les prisons ghanéennes et les autres lieux de détention du pays ;

• l’éradication de la violence généralisée contre les femmes et l’adoption de réformes législatives pour garantir l’égalité des droits entre les hommes et les femmes ;

• l’arrêt et la prévention des expulsions forcées, qui ont privé des centaines d’hommes, de femmes et d’enfants de leur logement et, dans la plupart des cas, de leurs moyens de subsistance ;

• l’adoption de mesures pour mettre un terme à la détention illégale et garantir un procès équitable dans les plus brefs délais aux milliers de prisonniers qui attendent d’être jugés – souvent pendant une durée plus longue que la peine maximale qu’ils encourent pour l’infraction dont ils sont accusés ;

• l’arrêt des épisodes de violence collective, qui ont entraîné la mort de plusieurs dizaines de personnes au cours de l’année passée ;

• le respect total des obligations du Ghana en matière de droits humains telles qu’elles sont expressément énoncées dans les traités internationaux et régionaux que ce pays a ratifiés.

« C’est un moment crucial pour la réputation internationale du Ghana en matière de droits humains », a déclaré Véronique Aubert. « Nous espérons que le nouveau gouvernement va saisir cette occasion pour améliorer de manière significative le bilan du Ghana en matière de droits humains, en s’appuyant sur les progrès réalisés ces dix dernières années. »

FIN

Toutes les infos

Infos liées