Grèce, Les charges contre des militantes doivent être abandonnées

Grèce droits des femmes

Neuf militantes des droits des femmes ayant participé à des actions pacifiques à l’occasion de la Journée internationale pour l’élimination de la violence à l’égard des femmes, on été arrêtées et inculpées.

« Arrêter des militantes, leur infliger des amendes et les poursuivre pénalement pour avoir simplement organisé des actions symboliques contre la violence liée au genre porte atteinte à leur droit à la liberté d’expression et de réunion pacifique. Les autorités grecques doivent abandonner toutes les charges retenues contre elles et veiller à ce que les personnes puissent exprimer leurs opinions en toute sécurité même dans le contexte d’urgence sanitaire. Les militant·e·s ne doivent pas être inquiétés pour avoir voulu sensibiliser l’opinion à la violence liée au genre, surtout à un moment où les femmes et les filles sont exposées à des risques accrus en raison des mesures de confinement et d’autres restrictions imposées à travers le monde, a déclaré Nils Muižnieks, directeur régional pour l’Europe à Amnesty International.

« Ces neuf femmes, parmi lesquelles se trouvait une salariée d’Amnesty International, portaient des masques et ont observé les règles de distanciation physique pendant leur action de protestation. On ne sait donc pas pourquoi elles font l’objet de poursuites pénales et d’une amende de 300 euros chacune pour avoir enfreint les règles sanitaires. »

Les femmes arrêtées, dont plusieurs membres de premier plan de collectifs féministes, ont d’abord été conduites au poste de police de Syntagma pour un contrôle d’identité. Malgré leurs demandes répétées, on ne leur a pas indiqué pourquoi elles étaient emmenées au poste. Elles n’ont pas non plus été informées avant le soir qu’elles étaient officiellement en état d’arrestation.

« Ces neuf femmes, parmi lesquelles se trouvait une salariée d’Amnesty International, portaient des masques et ont observé les règles de distanciation physique pendant leur action de protestation. On ne sait donc pas pourquoi elles font l’objet de poursuites pénales et d’une amende de 300 euros chacune pour avoir enfreint les règles sanitaires. »

Amnesty International croit savoir que cinq autres membres de collectifs féministes, qui ont jeté en l’air des tracts contre la violence liée au genre, ont également été conduites au poste de police de Syntagma avant d’être transférées à celui d’Acropolis pour un contrôle d’identité. Deux d’entre elles semblent avoir été inculpées au même titre que les neuf premières militantes arrêtées. Amnesty International demande que les charges retenues contre ces deux femmes soient également abandonnées.

Les arrestations survenues mercredi 25 novembre s’inscrivent dans une répression plus large des manifestations par les autorités grecques au cours des dernières semaines, s’illustrant notamment par une interdiction totale des manifestations pendant quatre jours à la mi-novembre, qui a été très critiquée, ainsi que par de nombreuses informations faisant état d’un recours excessif et illégal à la force et à la violence contre des manifestant·e·s pacifiques le 17 novembre 2020. Un procureur a en outre engagé des poursuites pénales contre cinq membres d’un parti politique qui ont distribué des tracts appelant les gens à rejoindre les manifestations du 17 novembre.

Toutes les infos
Toutes les actions

MARATHON DES LETTRES : Soutenez 10 personnes en danger

10 personnes en danger dans le cadre du marathon des lettres 2020. Signez pour les défendre, les faire libérer ou demander justice !