Guatémala. Les conflits agraires font continuent de faire des victimes


COMMUNIQUÉ DE PRESSE

AMR 34/024/2006

Le 8 juin 2006, au moins une personne est morte et environ 38 ont été blessées lors d’une expulsion à San José La Mocha, dans le département d’Alta Verapaz, dans le nord du Guatémala.

Selon les informations dont dispose Amnesty International, au moins 66 personnes ont délogé 200 familles qui occupaient des terres pour protester contre le fait qu’elles n’avaient pas été payées pour leur travail depuis 2002. Selon ces informations, Miguel Chen, âgé de soixante-quinze ans, serait mort après avoir été blessé par balle.

Cette expulsion est la troisième que subissent les paysans de San José La Mocha.

« Combien de personnes doivent-elles mourir dans les conflits agraires au Guatémala avant que le gouvernement ne décide d’intervenir réellement ? » a déclaré Sebastián Elgueta, chercheur sur le Guatémala au sein d’Amnesty International.

Les organisations nationales et internationales de défense des droits humains ont dénoncé le climat de violence dans lequel vivent les paysans et les indigènes dans les zones rurales, en raison des conflits agraires, depuis qu’Oscar Berger a accédé à la présidence en 2004.

Le Comité des Nations unies contre la torture, par exemple, a demandé en mai 2006 l’ouverture d’enquêtes sur les expulsions forcées.

« La réticence du gouvernement à mettre en place une véritable politique agraire et à mettre fin aux expulsions forcées a provoqué un accroissement de la violence et du nombre de morts et de blessés », a ajouté Sebastián Elgueta.

« Une bonne partie des tensions qui entourent les litiges fonciers diminuerait si le gouvernement du Guatémala mettait en œuvre les dispositions des Accords de paix et développait une politique agraire pour tous les secteurs. »

Amnesty International appelle les autorités à enquêter immédiatement et de manière efficace et impartiale sur les événements qui ont eu lieu le 8 juin dernier à San José La Mocha. Elle leur demande également de se préoccuper du sort de la communauté expulsée, et leur rappelle qu’elles sont tenues d’honorer les obligations qui sont celles du Guatémala en tant qu’État signataire du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels.

Pour plus d’informations sur San José La Mocha, consultez l’Action urgente 101/06 (index AI : AMR 34/014/2006) sur le site d’Amnesty International, à l’adresse suivante : http://web.amnesty.org/library/index/fraAMR340142006.

Pour plus d’informations sur le conflit agraire au Guatémala, consultez le document Guatemala "Tierra de injusticia" (index AI : AMR 34/003/2006) sur le site d’Amnesty International, à l’adresse suivante : http://web.amnesty.org/library/Index/ESLAMR340032006

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Mariée de force, violée et condamnée à mort

Mariée de force, Noura Hussein a été violée par son mari. Elle l’a tué en légitime défense : le Soudan l’a condamnée à mort. Agissez pour elle : signez notre pétition