Guatemala : Les droits humains doivent être être le principal critère de nomination du nouveau procureur général

Les efforts entrepris par le ministère public pour combattre l’impunité généralisée et protéger les droits humains au Guatemala doivent se poursuivre et même s’amplifier avant la désignation du nouveau procureur général et chef du ministère public.

« Le président Jimmy Morales doit nommer un procureur général capable de garantir une justice rapide et efficace pour tous et qui respecte vraiment les obligations internationales du Guatemala en matière de droits humains », a affirmé Erika Guevara-Rosas, directrice du programme Amériques d’Amnesty International.

« Nous nous trouvons à un moment critique de l’histoire moderne du Guatemala. Nous ne pouvons pas envisager un retour en arrière dans le combat contre l’impunité engagé par le pays. »

Le président Morales est chargé de faire un choix parmi six candidats qui espèrent occuper le poste de procureur général et chef du ministère public pendant les quatre années à venir. Cette décision doit être prise au plus tard le 17 mai, à l’issue du mandat de l’actuelle procureure générale Thelma Aldana Hernández.

Amnesty International a attiré l’attention sur le rôle clé qu’a joué le ministère public ces dernières années dans le cadre des enquêtes relatives à des cas emblématiques d’atteintes aux droits humains commises pendant le conflit armé au Guatemala, en particulier des disparitions forcées, des violences sexuelles contre des femmes et un génocide. Cette nomination doit se faire dans l’optique de garantir le prolongement des enquêtes ouvertes sur ces affaires graves, afin que les responsables présumés soient poursuivis en justice.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition