Guinée. Amnesty International demande l’arrêt des transferts d’armes employées pour des opérations militaires ou de police

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

8 octobre 2009

Amnesty International a demandé le 8 octobre à tous les États de suspendre les livraisons internationales d’armement, de munitions et d’autres équipements à usage militaire ou de police qui pourraient être utilisés par les forces de sécurité guinéennes pour commettre des violations des droits humains.

L’organisation réclame aussi la mise en place d’une commission internationale chargée d’enquêter sur les atteintes aux droits humains commises à Conakry dans la semaine du 28 septembre, qui auraient provoqué la mort de plus de 150 personnes.

« Il faut arrêter le transfert de ces équipements jusqu’à ce que le gouvernement guinéen ait pris des mesures pour empêcher de nouvelles violations et ait traduit en justice les responsables présumés des attaques brutales perpétrées la semaine dernière », a déclaré Erwin van der Borght, directeur du programme Afrique d’Amnesty International.

L’organisation a lancé cet appel alors que de nouvelles informations ont été reçues concernant l’utilisation par la police et les forces de sécurité guinéennes d’armes et d’équipements sud-africains et français lors des événements de la semaine dernière.

Lors d’une réunion aux Nations Unies le 6 octobre, Amnesty International a évoqué devant les délégués à l’Assemblée générale la question des livraisons d’armes irresponsables à la Guinée. Brian Wood, responsable des recherches sur le contrôle des armes au sein d’Amnesty International, a déclaré : « Tous les transferts d’armes du type de celles qui sont utilisées pour commettre de graves violations des droits humains en Guinée et ailleurs pourraient être évités si les négociations à l’ONU débouchent sur un traité efficace sur le commerce des armes, comprenant un outil juridiquement contraignant d’évaluation des risques en matière de droits humains ».

Amnesty International appelle l’ Assemblée générale des Nations unies , actuellement réunie, à entamer sans plus attendre un processus de négociations formelles en vue de l’élaboration d’un traité sur le commerce des armes comprenant des principes fermes en matière de droits humains.

Sur des photos prises par des journalistes à Conakry le 1er octobre, on peut voir des policiers guinéens munis de lance-grenades Cougar de calibre 56 mm. Ces équipements manufacturés en France sont conçus pour lancer des grenades lacrymogènes et des grenades à impact cinétique produites par le même fabricant.

Des membres des forces de sécurité guinéennes ont également été photographiés le 1er octobre en train de patrouiller dans les rues de Conakry à bord d’un véhicule blindé de transport de troupes Mamba. Dix véhicules Mamba ont été vendus en 2003 à la Guinée par une filiale sud-africaine d’une société britannique dont un porte-parole avait déclaré à l’époque qu’ils étaient destinés au « contrôle des frontières » du pays. Amnesty International dispose d’informations établissant que des véhicules Mamba ont été utilisés à Conakry en janvier 2007 contre des manifestants pacifiques. Les blindés ont été lancés sur la foule et ont fait feu.

La semaine dernière, Amnesty International a reçu du gouvernement français des informations indiquant qu’il avait autorisé ces dernières années la livraison de grenades lacrymogènes et d’autres projectiles antiémeutes aux forces de sécurité guinéennes, bien que celles-ci aient fait usage de telles munitions pour commettre les graves violations des droits humains constatées de manière persistante depuis 1998. Selon des témoignages recueillis par Amnesty International auprès de manifestants et d’autres témoins oculaires, des grenades lacrymogènes et des armes légères tirant à balles réelles ont été utilisées contre des manifestants rassemblés dans le stade de Conakry le 28 septembre 2009.

En 2006, la France a livré 500 grenades antiémeutes (de type non spécifié) au ministère guinéen de l’Intérieur. En 2008, elle a émis un agrément préalable en vue de la vente à ce ministère de grenades assourdissantes et de grenades lacrymogènes GM-2L 56 mm, conçues spécifiquement pour les lance-grenades utilisés ces jours derniers par les forces de sécurité guinéennes.

On ignore si l’agrément final d’exportation a déjà été délivré pour ces équipements. Le gouvernement français a annoncé le 29 septembre qu’il suspendait sa coopération militaire avec la Guinée. Amnesty International salue cette décision et engage la France et les autres États à veiller à ce que la suspension concerne également la fourniture d’armes, de munitions et d’équipements à usage militaire ou de police.

« De telles munitions ont été utilisées lors de la répression violente menée ces dix dernières années par les forces de sécurité guinéennes, qui a été marquée par des violations graves et répétées des droits humains, notamment des homicides illégaux, des violences sexuelles et l’usage flagrant d’une force excessive », a déclaré Erwin van der Boght.

Note aux rédacteurs :

• On ne dispose que de peu d’informations concernant la fourniture aux forces de sécurité guinéennes de munitions destinées à des armes légères. Des inscriptions relevées sur des cartouches utilisées qui ont été collectées en Guinée en décembre 2007 montrent que ces munitions avaient été fabriquées en Chine (en 1994), aux États-Unis (en 1977) et en Russie (en 1975 et 1978). On ignore quel réseau d’acheminement a été utilisé pour leur livraison.

• Selon les informations transmises par ces pays pour inclusion dans la base de données de l’ONU sur les statistiques du commerce extérieur (COMTRADE), l’Espagne, la France et le Portugal ont exporté vers la Guinée entre 2006 et 2008 plus de 5 millions de dollars américains de produits classés dans les catégories comprenant les munitions et les cartouches. Ces données ne sont toutefois pas aisément vérifiables. Il s’avère de même difficile de déterminer à partir de ces seuls éléments quels types de munitions ont été exportés et à quels utilisateurs finaux (pouvoirs publics ou secteur privé) elles étaient destinées. La France affirme avec force qu’elle n’a pas autorisé la fourniture de munitions létales à la Guinée depuis 2004.

Document public

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse