Communiqué de presse

Guinée. Il faut enquêter sur les tirs de l’armée contre des manifestants

Les autorités en Guinée doivent sans délai mener une enquête approfondie et indépendante sur les tirs des militaires qui ont entraîné la mort d’un manifestant de l’opposition et ont blessé au moins 15 autres personnes, a déclaré Amnesty International mardi 14 avril 2015.

Un homme de 30 ans a été abattu d’une balle à la poitrine lundi 13 avril dans le cadre d’affrontements entre les forces de sécurité et les manifestants, lors d’un rassemblement de l’opposition dans la capitale Conakry. Onze personnes, dont des mineurs, ont été arrêtées et inculpées de participation à une manifestation non autorisée ayant troublé l’ordre public.

« Les responsables de l’application des lois doivent utiliser des moyens non violents avant de recourir à la force et aux armes à feu, qui ne doivent être utilisées qu’en dernier recours, si les moyens non violents s’avèrent inefficaces. Il est préoccupant de constater que les forces de sécurité ont usé d’une force excessive, faisant un mort et plusieurs blessés », a déclaré Gaetan Mootoo, chercheur sur l’Afrique de l’Ouest à Amnesty International.

« Les autorités guinéennes ne doivent pas réveiller les vieux démons de la violence. Tous ceux qui ont recouru de manière excessive à la force doivent être clairement identifiés et traduits en justice. »

Les dirigeants de l’opposition et du gouvernement avaient trouvé un accord en juillet 2013 en vue d’organiser les élections locales avant l’élection présidentielle prévue en 2015. Le gouvernement a nommé des administrations spéciales, chargées de gérer les municipalités pendant six mois, afin d’avoir le temps d’organiser les scrutins.

Lundi 13 avril, l’opposition souhaitait mettre en place sa propre administration dans cinq municipalités. La commission électorale nationale a fixé au 11 octobre la date du scrutin présidentiel, tandis que les élections locales sont prévues pour 2016.

Début avril, l’opposition a appelé à une opération « ville morte », manifestation pacifique qui s’est déroulée sans incident dans la capitale Conakry, selon des sources d’Amnesty International.

Le 13 avril, elle a organisé de nouvelles manifestations. Selon des témoins et des défenseurs des droits humains interrogés par Amnesty International après la manifestation, des policiers et des gendarmes armés de fusils ont bloqué les routes menant aux principaux quartiers d’affaires. La marche a alors été stoppée par des gendarmes qui ont tiré des gaz lacrymogènes sans avertissement préalable et ont tiré à balles réelles. Quant aux manifestants, ils brûlaient des pneus et lançaient des pierres sur les gendarmes.

« Contester le calendrier des élections n’est pas un motif légitime pour restreindre le droit à la liberté de réunion. Les autorités guinéennes ont l’obligation de faciliter le droit de réunion pacifique et ne doivent pas recourir à la force contre les manifestants », a déclaré Gaetan Mootoo.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse