Honduras, Le gouvernement doit retrouver les disparus garifunas et protéger leur communauté

Le 18 juillet 2020, des individus non identifiés portant la tenue des agents de la Direction des enquêtes de la police ont emmené quatre militants de la communauté garifuna – Alberth Snider Centeno Tomas, président du conseil de Triunfo de la Cruz pour le compte de l’Organisation fraternelle noire du Honduras (OFRANEH), Suami Aparicio Mejía García, Gerardo Mizael Rochez Cálix et Milton Joel Martínez Álvarez, membres de l’OFRANEH –, ainsi qu’une cinquième personne, Junior Rafael Juárez Mejía, qu’ils sont allés chercher à leur domicile, a indiqué Amnesty International dans une lettre ouverte adressée au président Juan Orlando Hernández.

« S’il se vérifie que ces personnes ont été privées de liberté par des agents de l’État, ces faits pourraient alors constituer une disparition forcée. Il s’agirait dès lors d’une grave violation des droits humains et d’un crime de droit international », a déclaré Erika Guevara Rosas, directrice pour les Amériques à Amnesty International.

Selon le ministère de la Sécurité du Honduras, une opération de recherche a été ordonnée, mais l’on ignore toujours actuellement où se trouvent les cinq personnes disparues.

L’organisation demande à l’État hondurien de mener sans délai des investigations pour établir où se trouvent ces cinq membres de la communauté garifuna et ce qu’il est advenu d’eux, et de mener à bien dans les meilleurs délais une enquête exhaustive, indépendante et impartiale pour établir l’identité de tous les auteurs matériels et intellectuels de la disparition de ces hommes, et pour les déférer à la justice, en veillant à ce qu’il soit tenu compte de l’hypothèse selon laquelle leur disparition pourrait être liée à leur travail de défense des droits humains.

« Amnesty International estime en outre que le ministère des droits humains devrait de toute urgence mettre en place un plan de protection collective de la communauté garifuna de Triunfo de la Cruz, et des autres communautés afro-américaines et peuples indigènes, afin de protéger les défenseur·e·s des droits humains, compte tenu des violences commises par le passé et récemment. »

Toutes les infos
Toutes les actions

La Chine enferme et persécute les Ouïghours dans des camps

Demandez à la Chine d’arrêter le harcèlement des populations Ouïghours et la fermeture des camps d’internement. Signez la pétition