Hongrie : Amnesty International refuse la nouvelle loi répressive sur les ONG

Annonçant qu’Amnesty International Hongrie refusait de se soumettre à la nouvelle loi répressive sur les ONG en s’enregistrant en tant qu’« ONG financée par des capitaux étrangers », Julia Ivan, directrice d’Amnesty International Hongrie, a déclaré :

« Amnesty International entend bien contester en justice – tant au niveau national qu’au niveau international – la loi répressive de la Hongrie sur les ONG, et n’a aucunement l’intention de s’y conformer tant que toutes les voies de recours disponibles n’auront pas été exercées.

« Nous sommes convaincus que nous obtiendrons gain de cause auprès des tribunaux et nous avons hâte que cette loi importune soit supprimée. Dans l’intervalle, nous continuerons, comme d’autres, à faire notre travail en appelant les autorités à répondre de leurs actes et en défendant celles et ceux dont les droits ont été bafoués.  »

Complément d’information

Lors d’une assemblée générale extraordinaire convoquée hier par son conseil d’administration, Amnesty International Hongrie a décidé à l’unanimité de ne pas se plier à la loi et de ne pas s’enregistrer en tant qu’ONG financée par des capitaux étrangers.

À compter d’aujourd’hui (27 juin), les ONG disposent de 15 jours pour s’inscrire. À défaut, le parquet leur demandera de s’enregistrer dans les 30 jours, puis, si elles ne l’ont pas fait, dans un délai de 15 jours supplémentaires.
Si une ONG s’y refuse toujours, le tribunal peut prononcer des sanctions, notamment :
– une amende d’un montant pouvant aller jusqu’à 3 000 euros environ (2917) ;
– la convocation d’une assemblée générale de l’ONG en vue de rétablir la légalité de son fonctionnement ;
– la dissolution éventuelle de l’ONG.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

L’UE doit soutenir les défenseurs des droits humains

Enjoignez Federica Mogherini à demander la libération des défenseurs des droits humains en Turquie