Il faut que la Hongrie mène une enquête exhaustive sur les attaques menées contre des Roms

Communiqué de presse

Embargo : 10 novembre 2010 à 11 h 00 (heure locale), 10 h 00 TU

ÉFAI

Index AI : PRE01/354/2010

La peur s’est répandue dans d’autres villages et d’autres comtés. Partout, les Roms avaient peur, ils avaient l’impression que la police était incapable de les protéger.
Des Roms de Kisléta s’adressant à Amnesty International

Le gouvernement hongrois doit mener une enquête exhaustive sur les violentes attaques à caractère raciste menées contre des Roms et il doit rendre justice aux victimes, affirme Amnesty International dans un nouveau rapport publié le 10 novembre.

Intitulé Violent attacks against Roma in Hungary, ce rapport met en évidence les répercussions des crimes à caractère raciste sur les personnes et les communautés qui en sont victimes, ainsi que sur la société en général. Il montre également que les carences de la justice hongroise empêchent de prévenir et de lutter efficacement contre ces agressions.

Entre janvier 2008 et août 2009, en Hongrie, les Roms ont été victimes d’une série de tirs et d’attaques au cocktail Molotov au cours de laquelle six personnes ont été tuées : un couple d’une quarantaine d’années, un homme âgé, un père et son fils de quatre ans et une mère célibataire dont la fille de 13 ans a été blessée.

« Les autorités hongroises ont le devoir d’empêcher les discriminations et de veiller à ce que justice soit rendue pour les victimes de crimes haineux. Ce devoir comprend l’obligation d’enquêter afin de déterminer si ces agressions, entre autres, ont été motivées par des préjugés ou des sentiments racistes ou de haine à l’égard d’une ethnie », a déclaré Nicola Duckworth, directrice du programme Europe et Asie centrale d’Amnesty International.

« En combattant le racisme et la violence raciale, les autorités feront passer le message important que la diversité ne doit pas être perçue comme une menace. Elles doivent faire comprendre clairement que le racisme ne sera pas toléré. »

La législation hongroise réprime l’incitation à la haine et les crimes racistes. Cependant, le nombre d’inculpations et de condamnations pour agression à caractère raciste semble faible par rapport au nombre de cas recensés par les ONG.

La police hongroise a déclaré qu’il y avait eu 12 attaques à caractère raciste contre des Roms en 2008 et six en 2009. Selon les ONG, il y en aurait eu 17 en 2008 et 25 en 2009.

La différence entre ces chiffres est due à la fois au fait que les victimes de crimes haineux signalent rarement ces agressions parce qu’elles sont effrayées, et au fait que la police et le parquet ne prennent pas en considération le caractère raciste des infractions.

Beaucoup de victimes roms avec lesquelles Amnesty International s’est entretenue étaient traumatisées et elles ignoraient qu’il existait des services d’aide et comment en bénéficier.

« Le fait que les crimes à caractère raciste ne soient pas recensés et ne fassent pas l’objet d’enquêtes ni de poursuites, que leurs auteurs présumés ne soient pas punis et qu’aucune forme de réparation ne soit offerte aux victimes revient à abandonner la communauté rom de Hongrie à son sort », a déclaré Nicola Duckworth.

« Aux termes du droit international, le gouvernement a pour obligation de combattre la discrimination ; à cette fin, il est essentiel de rassembler des informations sur l’existence et l’étendue des crimes haineux. »

Amnesty International appelle également les autorités hongroises à :

• ????????veiller à ce que les membres de la communauté rom, de même que ceux de tous les groupes de population vulnérables, soient protégés contre la violence ;

• ????????faire en sorte que les agents de police et les procureurs reçoivent une formation sur la nature des crimes haineux et le rôle de la police dans la lutte contre ces crimes ;

• ????????œuvrer avec les gouvernements autonomes des Roms, les ONG et les organisations de défense des droits humains afin que les crimes haineux soient signalés et pour veiller à ce que les victimes puissent exercer des recours, en particulier un recours en justice, bénéficient d’une réadaptation et obtiennent compensation.

Complément d’information

En Hongrie, les Roms sont gravement touchés par la pauvreté, sept fois plus élevée au sein de cette communauté que parmi les autres groupes de population. Les Roms sont marginalisés et victimes de discriminations dans l’accès à l’éducation, à l’emploi et au logement. Les enfants roms sont souvent placés dans des structures éducatives spécialisées destinées aux enfants souffrant de handicaps mentaux. Il existe également des classes et des écoles réservées aux enfants roms, dans lesquelles ils sont séparés des autres élèves. Certains règlements et pratiques discriminatoires des autorités locales envers les familles roms empêchent ces dernières d’accéder à des logements sociaux. Le taux de chômage au sein de la population rom est estimé à 70 %, soit plus de 10 fois la moyenne nationale.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.