Île de Manus : Il faut que les autorités préviennent les violences et assurent la sécurité des réfugiés

Des chercheurs d’Amnesty International se trouvent à l’île de Manus depuis plusieurs jours pour s’entretenir avec des personnes très diverses au sujet des questions de droits humains en lien avec la proposition de fermeture du centre de détention pour réfugiés de Lombrum.

L’organisation est préoccupée par les éléments qu’elle a recueillis jusqu’à présent sur les conséquences éventuelles d’une telle mesure, à savoir les restrictions imposées aux réfugiés en ce qui concerne l’alimentation, l’énergie, l’eau, les soins médicaux et les transports, ainsi que la dégradation de l’état psychologique de ces personnes.

Il faut que les autorités australiennes et papouanes-néo-guinéennes respectent les droits des intéressés et évitent d’exacerber les tensions déjà extrêmes.

« Les membres des forces de sécurité de Papouasie-Nouvelle-Guinée et les agents de sécurité appartenant à des entreprises privées, qu’ils soient papouans-néo-guinéens ou étrangers, sont tous tenus de remplir leurs obligations internationales et de s’abstenir d’avoir recours à une force excessive, a déclaré Kate Schuetze, spécialiste du Pacifique à Amnesty International.

« Les autorités australiennes et papouanes-néo-guinéennes doivent prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir les violences contre des réfugiés et assurer la sécurité de ces personnes. »

Amnesty International appelle l’État australien à assumer ses responsabilités en protégeant les droits humains de tous les réfugiés qui relèvent de sa compétence et à cesser d’utiliser des centres de traitement des demandes d’asile situés hors de ses frontières.

Les chercheurs de l’organisation resteront sur le terrain dans les jours à venir et suivront la situation en tant qu’observateurs.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées