Communiqué de presse

Inde. Il faut traduire en justice la foule qui a lynché un homme soupçonné de viol dans l’État du Nagaland

Les personnes qui ont lynché collectivement un homme soupçonné de viol, dont le procès était en cours, à Dimapur, dans l’État du Nagaland, doivent être traduites en justice sans délai.

Syed Farid Khan avait été arrêté parce qu’il était soupçonné d’avoir violé une femme à Dimapur, le 24 février. Selon la police locale, il a été extirpé de la prison centrale de Dimapur, où il était détenu dans l’attente de son procès, par une foule de 4 000 personnes. Il a ensuite été dévêtu, battu, et la foule lui a jeté des pierres et l’a forcé à marcher nu vers le centre-ville, à sept kilomètres. Syed Farid Khan a succombé à ses blessures pendant le trajet. La foule a alors traîné son corps jusqu’à une tour et l’a pendu pour l’exposer.

« Il s’agit d’un grave manquement du système judiciaire », a déclaré Shemeer Babu, directeur du programme Inde d’Amnesty International. « Le gouvernement du Nagaland, qui enquête sur ces faits, doit veiller à traduire en justice toute personne qui faisait partie de cette foule. Dans le cas contraire, il adressera un message selon lequel il est possible de commettre des violences terribles et de tenter de les justifier comme étant l’expression de la colère de la population. »

« Les autorités du Nagaland doivent faire respecter l’état de droit. La violence faite aux femmes nécessite des réponses rapides et efficaces de la part de l’État, et non des actes barbares commis par des groupes d’autodéfense autoproclamés. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.