Inde. L’arrestation de manifestants pacifiques tibétains est préoccupante

Déclaration publique

ASA 20/004/2008

Amnesty International a exprimé son inquiétude ce jeudi 13 mars après l’arrestation, dans le nord de l’Inde, d’une centaine de manifestants pacifiques tibétains qui tentaient de rallier à pied la frontière entre l’Inde et la Chine pour attirer l’attention sur les violations des droits humains au Tibet et commémorer le 49e anniversaire de la fuite hors du Tibet du dalaï-lama après un soulèvement manqué contre le régime chinois.

Les manifestants étaient partis de Dharamsala le 10 mars. Les autorités indiennes ont ensuite décrété la marche « illégale ».

Selon certaines informations, les manifestants seraient détenus à Dharamsala, où ils ont été renvoyés après avoir été arrêtés à Jwalamukhi. Cinquante Tibétains auraient également été arrêtés pour avoir manifesté pacifiquement à New Delhi, la capitale indienne.

« Les manifestants ont le droit de protester pacifiquement, a déclaré Pia Oberoi, directrice adjointe du programme Asie-Pacifique d’Amnesty International. Leur refuser la liberté de réunion et la liberté d’expression constitue une violation des normes internationales relatives aux droits humains. »

Amnesty International appelle les autorités indiennes à libérer immédiatement toutes les personnes détenues pour avoir exercé leurs droits fondamentaux de manière pacifique.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

USA/Mexique : un accord risque de mettre des milliers de vies en danger

Les États-Unis et le Mexique envisagent de reconnaître ce dernier comme « pays tiers sûr » et empêcher ainsi tous demandeurs d’asile de demander protection aux États-Unis. Signez notre pétition