INDE : La justice : une autre victime au Gujarat

Index AI : ASA 20/007/2005
ÉFAI

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Presque trois ans après l’éruption de violence qui a secoué l’État du
Gujarat dans l’ouest de l’Inde, les responsables présumés sont toujours en
liberté. Les violences ont fait plus de deux mille morts, musulmans pour la
plupart. Plusieurs centaines de femmes et de jeunes filles ont été
déshabillées, violées, ont subi des viols collectifs, ont été éventrées et
jetées dans les flammes, parfois encore vivantes.

Un nouveau rapport d’Amnesty International intitulé India : Justice, the
victim - Gujarat state fails to protect women from violence passe en revue
les déclarations de certains responsables du gouvernement de l’État du
Gujarat, dirigé par le Bharatiya Janata Party (BJP, Parti du peuple indien),
selon lesquelles des musulmans étaient à l’origine de l’incendie qui s’est
déclaré à bord d’un train le 27 février 2002. Aucune mesure n’avait à
l’époque été prise pour empêcher ou stopper les attaques généralisées et
systématiques qui avaient suivi, au cours desquelles des Hindous s’en
étaient pris à des membres de la minorité musulmane. De nombreux
responsables du parti et de l’administration avaient été vus dans les rangs
des émeutiers. Dans de nombreux cas, les atteintes aux droits humains qui se
sont produites constituent des crimes contre l’humanité. Le gouvernement
central (également dirigé par le BJP jusqu’en mai 2004) n’a émis aucune
critique vis-à-vis du gouvernement du Gujarat, ni pendant ni après les
violences. Aujourd’hui, les deux gouvernements doivent prendre des mesures
effectives pour qu’enfin justice soit rendue, pour que la vérité soit
établie et pour que les victimes soient indemnisées.

« Le gouvernement de l’État du Gujarat a lourdement failli à sa mission de
protection des musulmans, en particulier des femmes et des jeunes filles,
durant ces violences, a déclaré Amnesty International. Le fait qu’il
continue de refuser d’admettre ses défaillances et d’exprimer des regrets -
en dépit des éléments de preuve fournis par de nombreux observateurs locaux
respectés - est un affront supplémentaire fait aux victimes.

Bilqis Yakoob Rasool, elle-même victime d’un viol collectif, a perdu
quatorze membres de sa famille ; elle raconte : « Ils ont commencé à s’en
prendre aux filles en déchirant leurs vêtements. Les filles nues ont été
violées devant toute une foule. Ils ont tué le bébé de Shamin, âgé de deux
jours. Ils ont tué mon oncle maternel, ainsi que la soeur de mon père et son
mari. Après avoir violé les femmes, ils les ont toutes tuées... Ils ont
aussi tué mon bébé. Ils l’ont lancée en l’air et elle a heurté un rocher.
Après m’avoir violée, l’un des hommes a maintenu son pied sur mon cou et m’a
frappée. »

Un ensemble interminable de défaillances au niveau des institutions est venu
s’ajouter aux souffrances de femmes comme Bilqis Yakoob Rasool et a empêché
que leurs assaillants ne soient traduits en justice. Lors des attaques, des
policiers présents ne sont pas intervenus et se sont même parfois joints aux
violences. Lorsque des victimes ont tenté de déposer plainte, les policiers
n’ont le plus souvent pas établi de dossier et n’ont pas mené d’enquête.
Dans l’affaire de Bilqis Yakoob Rasool, la police a clos l’enquête au motif
qu’il n’était pas possible d’établir qui étaient les violeurs et les
meurtriers, en dépit du fait qu’elle avait donné leurs noms précédemment.
Les médecins n’ont bien souvent pas établi de certificats médicaux précis.

Les lois existantes contre le viol étaient trop restreintes pour couvrir
tout le spectre des atrocités subies par les femmes. Dans de nombreuses
affaires, juges et magistrats n’ont pas protégé les témoins des menaces,
prenant parti pour les accusés et les acquittant.

« Peu de choses ont été faites pour empêcher que ne se reproduisent de tels
actes de violence, selon Amnesty International. Le gouvernement de l’État du
Gujarat doit de toute urgence opérer un certain nombre de changements au
niveau de ses institutions, notamment en sensibilisant aux questions de
genre policiers, juges et magistrats. Les personnes ayant délibérément fait
obstacle à la poursuite d’auteurs d’exactions doivent être amenées à rendre
des comptes. Si l’État ne fait rien pour réparer ses manquements, il sera
beaucoup plus difficile pour les victimes de surmonter ce qu’elles ont vécu
et de retrouver un sentiment de sécurité. »

Certains survivants se sont courageusement attaqués à ces obstacles dans
leur combat pour la justice. Bilqis Yakoob Rasool est l’une de ces
personnes. Zahira Sheikh également, qui a vu ses proches et ses voisins
mourir dans l’incendie de l’entreprise familiale The Best Bakery. Les deux
affaires mettent en lumière un certain nombre de manquements flagrants à
tous les niveaux, aussi bien de la police que de la justice et du
gouvernement.

Les défenseurs des droits humains indiens, les organisations nationales de
défense des droits humains, les médias nationaux et la Cour suprême ont
soutenu les victimes de violences et contribué à redonner espoir, en dernier
ressort, à certaines des victimes. En août 2004, la Cour suprême a ordonné
que plus de deux mille plaintes classées sans suite par la police et quelque
deux cents affaires dans lesquelles les accusés avaient été acquittés soient
rouvertes en vue de possibles réparations.

Pour de nombreuses victimes, la justice - si justice est rendue en fin de
compte - arrivera trop tard. « De nombreuses femmes ont été brûlées vives
après avoir été violées, sans qu’il y ait de traces des crimes commis contre
elles, selon Amnesty International. De très nombreuses autres femmes n’ont
jamais porté plainte pour viol - soit parce qu’on les en a empêchées, soit
parce qu’elles avaient peur ou honte de le faire. Ce sont elles les victimes
oubliées des violences. »

Le rapport a été adressé aux gouvernements de l’Inde et du Gujarat avant
publication. Les deux gouvernements ont produit des commentaires détaillés
qui ont été pris en compte dans le rapport. Le rapport se trouve sur le site
de l’organisation (en anglais), à l’adresse suivante :
http://web.amnesty.org/library/index/engasa200012005.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse