Inde, Recours à une force excessive contre des civils

De récents affrontements entre les forces de sécurité indiennes et des civils, ayant causé la mort de deux civils à Guwahati, ont eu lieu dans l’État de l’Assam, lorsque la police a ouvert le feu.

« Alors que les vastes manifestations contre la modification de Loi sur la citoyenneté continuent dans de nombreux États du nord-est de l’Inde, le gouvernement indien doit immédiatement ordonner aux forces de sécurité de cesser d’avoir recours à une force excessive, notamment à une force meurtrière, contre les manifestants. Il doit veiller à ce que le droit à la vie soit protégé à tout prix, » a déclaré Avinash Kumar, directeur d’Amnesty International Inde.

Le gouvernement a réagi aux manifestations dans la région par différentes mesures, dont l’imposition d’un couvre-feu, le blocage d’Internet et la détention de militants des droits humains. Bien que les autorités aient le devoir de protéger la sécurité de la population, elles sont également tenues de respecter et de protéger les droits humains. Les suspensions généralisées d’Internet pour une durée indéterminée sont contraires aux normes internationales relatives aux droits humains. Ces blocages entravent la capacité des internautes à rechercher, recevoir et diffuser des informations, ce qui est un élément essentiel du droit à la liberté d’expression.

« Ces mesures ne feront qu’aggraver l’aliénation de la population de la région et renforcer le risque de nouvelles atteintes aux droits humains. Amnesty Inde appelle le gouvernement indien à lever le blocage. L’organisation demande instamment aux gouvernements fédéral et étatique d’engager immédiatement un dialogue pacifique avec la population et d’abroger les modifications discriminatoires », a déclaré Avinash Kumar.

COMPLÉMENT D’INFORMATION

L’État d’Assam a depuis quatre décennies vu un mouvement hostile aux étrangers se développer. Le 31 août 2019, l’État a terminé la mise à jour du Registre national des citoyens, duquel 1,9 million de personnes ont été exclues. Les personnes exclues peuvent faire appel aux tribunaux pour étrangers, qui détermineront leur nationalité. Les modifications de la Loi sur la citoyenneté permettent aux migrants hindous, sikhs, jaïns, parsis, bouddhistes et chrétiens originaires d’Afghanistan, du Bangladesh et du Pakistan en situation irrégulière arrivés sur le territoire indien le 31 décembre 2014 ou avant d’obtenir la nationalité indienne via la naturalisation et la régularisation.

Alors que ce projet de modification de la Loi sur la citoyenneté était débattu au Parlement indien, de vastes manifestations ont éclaté dans les États d’Assam et de Tripura. En réponse, le gouvernement indien a imposé un couvre-feu d’une durée indéterminée à Guwahati et Dibrugarh, dans l’État d’Assam, et a déployé les forces de sécurité en nombre dans les deux États. Les services Internet et de haut débit ont également été suspendus. Les manifestations continuent de s’étendre aux États voisins comme le Meghalaya.

Toutes les infos
Toutes les actions

Les procès inéquitables mènent à la peine de mort

Trop souvent, les condamnations à la peine de mort s’accompagnent d’un manque de représentation légale. De nombreux condamnés n’ont pas eu accès à un avocat, ou alors à la dernière minute. Signez notre pétition