Inde : Stop à l’extension d’une mine de charbon en Odisha

Le lancement de la procédure d’évaluation de l’impact environnemental de l’expansion de la mine de charbon à ciel ouvert de Basundhara-West, à Sundergarh, dans l’État de l’Odisha, par une filiale de la Coal India Limited, fait craindre que les préoccupations actuelles relatives aux droits humains ne soient pas dûment prises en compte.

Le 24 janvier, le Comité d’experts du ministère de l’Environnement, des Forêts et du Changement climatique a recommandé d’élaborer le mandat pour préparer une étude d’impact environnemental concernant l’extension de la mine, dont la capacité passerait de 8 à 8,75 millions de tonnes par an. Cette mine est gérée par Mahanadi Coalfields Limited.

Dans un rapport de recherche publié en 2016 sous le titre When Land is Lost, Do We Eat Coal ? - Coal Mining and Adivasi Rights Violations in India, Amnesty International Inde avait révélé des lacunes flagrantes, notamment à Sundergarh, de la part des autorités, qui n’ont pas cherché à recueillir le consentement libre, préalable et éclairé des communautés adivasis (aborigènes) avant l’acquisition des terres, n’ont pas mené de véritables consultations publiques sur les questions environnementales ni traité les revendications relatives aux droits forestiers.

«  En accordant le mandat, le Comité d’experts pour l’évaluation environnementale n’a pas dûment pris en compte les atteintes aux droits humains liées à de précédentes augmentations de la capacité de la mine, a déclaré Manohar Chauhan, chargé de campagne à Amnesty International Inde. Les autorités doivent veiller à ce que le projet d’expansion ne se poursuive pas tant que les questions en suspens ne sont pas résolues au bénéfice des communautés adivasis touchées.  »

Les habitants adivasis des villages qui seront touchés par le projet ont déclaré à Amnesty International Inde que les « gram sabhas » locaux (assemblées de villages) s’opposent à l’affectation de terres forestières pour la mine. Au titre du droit indien, les gouvernements des États doivent obtenir le consentement des gram sabhas avant de « détourner » des terres forestières à des fins industrielles.

Kshyamasil Majhi, le sarpanch (chef du conseil de village élu) de Gopalpur, a déclaré : « Le 8 mars, notre gram sabha a décidé à l’unanimité de ne pas donner l’autorisation d’utiliser des terres forestières jusqu’à ce que nos revendications soient prises en compte. » Chandrakanti Naik, le sarpanch de Sumura, a déclaré qu’un gram sabha organisé le 27 mars avait également décidé à l’unanimité de s’opposer à l’utilisation de terres forestières pour l’extraction du charbon.

Les villageois affirment qu’ils continuent de subir la pollution de l’air à cause de la mine, un problème déjà soulevé lors de précédentes consultations publiques, mais qui n’a pas été traité. Romanch Seth, villageois de Tikilipada, a déclaré : « La pollution est si forte qu’il est difficile de respirer correctement.  »

Selon les habitants, les revendications au titre de la Loi relative au droit forestier n’ont pas été dûment prises en compte. Dans le village de Ratansara, aucun titre individuel relatif aux droits forestiers n’a été émis à ce jour, bien que 34 demandes aient été approuvées. Dans le village de Tikilipada, 39 requêtes individuelles en matière de droits
forestiers ont été approuvées, mais aucun titre n’a été émis. Selon les villageois, les compensations accordées dans différents villages ne sont pas uniformes. En outre, des manifestations ont eu lieu contre deux autres mines de charbon dans la région.

Sundergarh est une « zone répertoriée » protégée en vertu de la Constitution indienne, où les membres des communautés adivasis ont des droits coutumiers spécifiques sur leurs terres. Le droit des populations indigènes aux terres qu’ils occupent traditionnellement et le droit au consentement libre, préalable et éclairé sur les décisions qui les touchent sont reconnus par le droit international relatif aux droits humains et les normes en la matière.

« Les gouvernements des États et le gouvernement central doivent écouter les voix des communautés adivasis locales et veiller à faire respecter leurs droits dans le cadre de la politique visant à développer l’extraction du charbon », a déclaré Manohar Chauhan.

Amnesty international Inde a adressé un courrier à Mahanadi Coalfields Limited pour connaître son point de vue sur les préoccupations mentionnées plus haut. Aucune réponse ne nous est parvenue.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la cruauté des USA envers les personnes en quête de protection

Détenir et traumatiser inutilement des personnes qui sont venues demander une protection devant des persécutions ou un danger de mort est cruel. Demandez à Donald Trump de respecter les lois internationales en matière de demande d’asile : signez la pétition !