Indonésie. Des obstacles empêchent les femmes d’avoir pleinement accès à la santé en matière de procréation

ANNONCE À L’ATTENTION DES MÉDIAS

Index AI : ASA 21/025/2010

26 octobre 2010

Un nouveau rapport d’Amnesty International révèle que de nombreuses Indonésiennes, en particulier celles issues de milieux pauvres et marginalisés, ont du mal à accéder à la santé en matière de sexualité et de procréation face à des lois, des politiques et des pratiques restrictives.

Ce rapport, intitulé Left Without a Choice , sera lancé par le secrétaire général d’Amnesty International, Salil Shetty, à l’hôtel Aryaduta de Djakarta, en Indonésie, le 4 novembre 2010 à 10 h 00 heure locale (03 h 00 TU).

Il décrit comment les lois et pratiques actuelles restreignent l’accès à la contraception pour les femmes et les jeunes filles non mariées et autorisent le mariage précoce de filles âgées de moins de 16 ans, comment les femmes sont obligées d’obtenir l’accord de leur mari pour accéder à certaines méthodes contraceptives, ou à un avortement si leur vie est en jeu, et comment les professionnels de santé refusent fréquemment l’ensemble des services contraceptifs légalement disponibles aux femmes non mariées, ou mariées sans enfants.

Divers documents sous embargo, notamment le rapport complet, une synthèse, des images et des interviews, sont disponibles sur demande.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse