Indonésie : la liberté de la presse bafouée

Le 3 février 2018, trois professionnels des médias de la BBC couvrant la crise sanitaire à Asmat, en Papouasie, ont été expulsés.

«  L’expulsion de ces professionnels des médias est une violation du droit à la liberté d’expression. Cette décision des autorités indonésiennes montre que la Papouasie n’est toujours pas ouverte aux journalistes étrangers, malgré les promesses faites en ce sens par le président Joko " Jokowi " Widodo en 2015 » a déclaré Usman Hamid, directeur d’Amnesty International Indonésie.

« Il est scandaleux que l’on demande à des employés de la BBC de quitter la Papouasie pour un simple tweet dans lequel ils exprimaient leur opinion sur la gestion de la crise sanitaire à Asmat, que l’armée a jugé insultant. »

Les services de l’immigration de la ville de Timika en Papouasie auraient confisqué le passeport de la journaliste de la BBC Rebecca Henschke, ressortissante australienne. Les deux autres contributeurs, Dwiki et Affan, sont Indonésiens.

« Il est très important que des journalistes étrangers puissent couvrir l’épidémie de rougeole et la crise de malnutrition à Asmat, qui ont provoqué la mort d’au moins 71 enfants, afin que le monde soit informé de ce qui se passe dans la région. En outre, cela permet de contrôler et d’équilibrer les mesures prises par le gouvernement pour gérer cette crise. Les autorités doivent se montrer moins susceptibles face à la critique et revenir sur cette décision pour laisser les journalistes faire leur travail légitime sans craindre de représailles  », a déclaré Usman Hamid.

Complément d’information

D’après l’Alliance des journalistes indépendants (AJI), la rédactrice en chef de BBC Indonésie Rebecca Henschke et les contributeurs Dwiki et Affan ont été contraints de quitter la Papouasie et de rentrer à Djakarta après que Rebecca Henschke a mentionné dans un tweet la livraison d’aide en lien avec l’épidémie de rougeole et la malnutrition à Asmat.

Dans ce tweet posté le 1er février, Rebecca Henschke déclarait que les livraisons de denrées alimentaires fournies par le gouvernement se résumaient à des nouilles instantanées, des boissons sucrées non alcoolisées et des biscuits. Le bureau de l’armée de Cendrawasih, en Papouasie, a confirmé aux médias que ce tweet était la principale raison ayant motivé l’expulsion des trois employés de la BBC. Selon l’armée, Rebecca Henschke a posté de « fausses » informations qui « heurtent les sentiments des habitants d’Asmat et de l’armée en mission dans la région ».

Après avoir été interrogés par la police locale à Agats, dans le district d’Asmat, le 2 février, Dwiki a été mis dans un avion à destination de Djakarta, tandis qu’Affan et Rebecca ont été interrogés jusqu’au lendemain par le bureau de l’immigration de Mimika. Après l’interrogatoire, ils n’ont pas pu poursuivre leur reportage dans l’Asmat et ont été escortés par des membres des forces de sécurité jusqu’à l’aéroport de Timika, où ils ont embarqué à bord d’un vol pour Djakarta le 3 février au matin.

En mai 2015, le président Widodo a levé les restrictions imposées aux journalistes étrangers qui demandent l’autorisation de se rendre en Papouasie, mais cette mesure doit encore être pleinement mise en œuvre. Selon l’Alliance des journalistes indépendants, au moins huit journalistes étrangers ont été expulsés depuis 2017 alors
qu’ils étaient en reportage en Papouasie, au motif qu’ils n’avaient pas les visas appropriés.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Solidarité avec la société civile hongroise

Alors que le gouvernement hongrois affiche tous les jours plus sont mépris pour les droits humains, il est urgent de soutenir les ONG dont Amnesty International Hongrie. Signez la pétition !