Inquiétude face à la nomination du nouveau président d’Interpol

En réaction à la nomination de Meng Hongwei, vice ministre chinois de la Sécurité publique, à la tête de l’organisation internationale de police Interpol, Nicholas Bequelin, directeur du bureau Asie de l’Est d’Amnesty International, a déclaré :

« La nomination de Meng Hongwei est alarmante, étant donné que la Chine essaie de longue date d’utiliser Interpol pour arrêter des dissidents et des réfugiés à l’étranger. Cela paraît contraire au mandat d’Interpol, qui doit être exercé dans l’esprit de la Déclaration universelle des droits de l’homme.

« Il faudra désormais suivre de près le genre d’avis de recherche lancés par Interpol à la demande du gouvernement chinois.  »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse