INTERDICTION TOTALE DE L’AVORTEMENT AU NICARAGUA. LA SANTÉ ET LA VIE DES FEMMES EN DANGER, LES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ PASSIBLES DE SANCTIONS PÉNALES

Depuis juillet 2008, l’avortement est interdit en toutes circonstances au Nicaragua.
Avant 2006, la législation du pays permettait aux femmes et aux jeunes filles enceintes dont la vie ou la santé était en danger et, dans certains cas, aux victimes
de viol d’échapper à l’interdiction générale de l’avortement. Cependant, la nouvelle version du Code pénal, qui est entrée en vigueur en juillet 2008, abroge toutes ces
exceptions. La nouvelle loi rend passibles de sanctions pénales toutes les formes d’avortement, quelles que soient les circonstances dans lesquelles il est
souhaité, subi ou pratiqué.
La nouvelle législation prévoit également des peines d’emprisonnement pour les professionnels de la santé qui font du tort au foetus en administrant aux femmes ou aux jeunes filles enceintes un traitement quel qu’il soit.
Les médecins et les autres soignants sont de fait dans une position impossible lorsqu’ils sont dans une situation où les exigences de la loi sont diamétralement opposées à leur obligation éthique de sauver la vie et de protéger la dignité de leur patiente. Les professionnels de la santé qui travaillent dans les hôpitaux et les cliniques du Nicaragua ne sont plus en mesure d’apporter le soutien et les soins qu’ils jugent appropriés en se fondant uniquement sur les considérations médicales et éthiques et sur les souhaits de la patiente. La menace de poursuites pénales qui plane au dessus de leur tête peut constituer un obstacle à l’administration de soins médicaux appropriés, rapides et parfois vitaux.

Amnesty International est convaincue que les droits fondamentaux des femmes peuvent être gravement menacés lorsqu’il leur est difficile d’avoir accès à des services assurant des interruptions de grossesse en toute sécurité et légalement ainsi qu’à des informations à ce sujet.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.