Irak : 42 personnes exécutées

Réagissant aux informations signalant qu’au moins 42 personnes ont été exécutées en Irak le 25 septembre pour « terrorisme », Lynn Maalouf, directrice des recherches pour le Moyen-Orient à Amnesty International, a déclaré :

« L’exécution collective du 25 septembre montre bien que les autorités irakiennes recourent à la peine de mort pour tenter de prouver qu’elles savent riposter face aux menaces en matière de sécurité.

« Les responsables d’attaques meurtrières visant la population civile doivent indubitablement être déférés à la justice, mais les autorités irakiennes doivent reconnaître que l’application de la peine de mort n’est pas la solution, et qu’elle ne permet pas d’améliorer la sécurité du pays et de sa population.

« Les autorités irakiennes présentent un bilan lamentable en ce qui concerne le recours à la peine de mort. Dans de nombreux cas, des personnes ont été exécutées à l’issue de procès d’une flagrante iniquité, et dans certaines affaires elles avaient été torturées afin qu’elles fassent des "aveux".

« La peine de mort est un châtiment irréversible et intolérable qui ne doit être appliqué en aucune circonstance, et rien ne prouve que la peine capitale soit plus dissuasive que les autres sanctions. »

Toutes les infos
Toutes les actions

Halte à l’afflux d’armes vers le Yémen

Des armes wallonnes et de l’équipement militaire belge impliqués dans le conflit meurtrier au Yemen ! Nous devons faire cesser les transferts d’armes utilisées pour perpétrer ces violations des droits humains. Signez !