IRAK : Amnesty International condamne le meurtre de deux diplomates

Index AI : MDE 14/021/2005
ÉFAI
Jeudi 28 juillet 2005

DÉCLARATION PUBLIQUE

Amnesty International a fermement condamné ce jeudi 28 juillet l’assassinat par un groupe armé de deux diplomates algériens, Ali Belaroussi et Azzedine Belkadi. Les deux hommes avaient été enlevés le 21 juillet 2005 au moment où ils quittaient en voiture l’ambassade d’Algérie à Bagdad. Le groupe armé Al Qaida de l’Organisation du Djihad au Pays des deux fleuves, dirigé par le Jordanien Abu Musab al Zarqawi, a revendiqué la responsabilité de l’enlèvement et de l’assassinat des deux diplomates.
Dans une déclaration diffusée sur Internet le 27 juillet, le groupe affirme avoir tué les deux hommes, entre autres parce qu’il les considérait comme étant « deux émissaires de l’État algérien qui n’applique pas la charia et s’est allié aux juifs et aux chrétiens. »
C’est la deuxième fois en moins d’un mois que des diplomates arabes sont kidnappés et tués par des groupes armés en Irak. Le 2 juillet, le plus haut diplomate égyptien en Irak, Ihab al Sherif, avait été enlevé et tué, également semble-t-il par le groupe d’al Zarqawi..
Amnesty International n’a cessé de condamner les exactions perpétrées par des groupes armés en Irak, notamment les meurtres de civils, enlèvements, prises d’otages, actes de torture et autres abus. Le 25 juillet 2005, Amnesty International a rendu public un rapport décrivant le climat de violence dans lequel s’inscrivent les crimes de guerre et crimes contre l’humanité commis par des groupes armés opposés au gouvernement irakien et à la présence de la Force multinationale dirigée par les États-Unis en Irak.
Amnesty International exige toujours des groupes armés en Irak qu’ils cessent immédiatement leurs attaques contre des civils et se conforment au droit international. L’organisation lance un appel pour que soient traduits en justice les auteurs présumés de tels actes de violence.

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse