IRAK : Entièrement déshabillés et humiliés par des soldats américains

Index AI : MDE 14/098/2003

COMMUNIQUÉ DE PRESSE - RÉSUMÉ

Ce vendredi 25 avril, Amnesty International a exprimé son inquiétude à la lecture de l’article paru dans le quotidien norvégien Dagbladet, qu’illustrent des photos alarmantes : elles montrent des soldats américains escortant des hommes irakiens entièrement nus à travers un parc de Bagdad. Sur ces photos, on peut voir que quelqu’un a inscrit en arabe les mots « Ali Baba - Harami » (Ali Baba le voleur), sur les torses des prisonniers.

« Si ces photos sont fiables, elles mettent au jour un comportement effroyable à l’égard de prisonniers. À l’évidence, un traitement si dégradant foule aux pieds les responsabilités des puissances occupantes, a déclaré Amnesty International aujourd’hui.

Commission des droits de l’homme des Nations unies

Amnesty International a exhorté la Commission à soutenir le déploiement d’observateurs chargés de veiller au respect des droits humains, dès que la situation en termes de sécurité le permettra. Le projet de résolution sur l’Irak a été continuellement retardé dans l’espoir de parvenir à un compromis, mais il ne prévoit toujours pas la présence d’observateurs. La dernière version du projet de résolution est réduite à un petit nombre d’éléments, en regard des années précédentes. Ce texte condamne les atteintes passées imputables au gouvernement irakien, engage toutes les parties au conflit actuel à respecter le droit international et prolonge d’une année la mission du rapporteur spécial sur l’Irak. En dépit des énormes pressions exercées pour que le mandat du rapporteur spécial porte uniquement sur les atteintes aux droits humains commises par le passé, la dernière version du projet de résolution invite le rapporteur spécial à se consacrer « aux documents d’information nouvellement disponibles qui traitent des atteintes aux droits humains et des violations du droit international perpétrées par le gouvernement irakien depuis de nombreuses années ». Amnesty International a objecté que la mission du rapporteur spécial ne devait pas être limitée dans le temps.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées