IRAK : Il faut répondre aux besoins humanitaires des civils

Index AI : MDE 14/039/2003

FLASH

Amnesty International a joint sa voix aujourd’hui (lundi 24 mars) à celle du Comité international de la Croix-Rouge qui s’inquiète de ce que la population civile de Bassora, dans le sud de l’Irak, se trouve sans eau depuis vendredi 21 mars après-midi.

" Nous craignons que la situation à Bassora ne se reproduise dans d’autres villes et régions de l’Irak, a déclaré l’organisation. Les autorités militaires se doivent d’évaluer avec soin les implications que peuvent avoir sur les civils la destruction d’un objet qu’elles prennent pour cible. Il incombe à toutes les parties au conflit en Irak de veiller à ce que les besoins humanitaires de la population civile soient pleinement satisfaits.
L’intensification de l’activité militaire en Irak nécessite qu’une attention croissante soit portée à la situation sanitaire et à la sécurité des civils. "

Il faut que les autorités irakiennes et les autorités militaires des États-Unis et de leurs alliés permettent aux organisations humanitaires d’accéder aux lieux concernés et facilitent leurs interventions.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse