IRAK - Le ciblage des diplomates basés en Irak suscite une inquiétude croissante

Index AI : MDE 14/016/2005

DÉCLARATION PUBLIQUE

Amnesty International a condamné ce mardi 5 juillet l’enlèvement de l’ambassadeur d’Égypte en Irak samedi 2 juillet, la tentative d’assassinat du chargé d’affaires bahreïni ce mardi, ainsi que l’attaque dirigée contre le convoi de l’ambassadeur du Pakistan, estimant qu’il s’agit là d’une nouvelle tendance extrêmement inquiétante des exactions commises par des groupes armés.

Les attaques dont des diplomates arabes et étrangers ont été la cible ces derniers jours semblent marquer une nouvelle phase inquiétante de la campagne menée par des groupes armés opposés au gouvernement irakien et à la présence de troupes américaines et étrangères en Irak. L’objectif de ces groupes semble clair ; il s’agit de dissuader les gouvernements arabes étrangers de développer des relations étroites avec la nouvelle administration irakienne et d’intensifier la campagne de violence menée contre toutes les personnes associées au nouveau gouvernement.

L’ambassadeur d’Égypte Ihab al Sherif a été kidnappé à Bagdad en pleine rue le 2 juillet ; on ne l’a pas revu depuis. On craint pour sa sécurité, des otages irakiens et étrangers enlevés précédemment ayant été torturés et tués par des groupes armés extrémistes tels que Ansar al Sunna et Al Qaida de l’organisation du Djihad en Mésopotamie. Ce mardi 5 juillet, Hassan Mallah al Ansari, diplomate bahreïni de plus haut rang en Irak, a échappé de peu à une tentative d’assassinat ; attaqué par quatre hommes dans le quartier Mansour de Bagdad, il a été touché à la main mais n’a pas souffert d’autre blessure grave. Toujours dans le quartier Mansour de Bagdad, des hommes auraient fait feu à partir de deux véhicules différents sur le convoi de l’ambassadeur du Pakistan, Younis Khan, qui n’a pas été blessé.

Ces attaques surviennent après des assassinats ciblés similaires contre des ressortissants irakiens liés au nouveau gouvernement dirigé par le Premier ministre Ibrahim al Jaafari et à l’administration précédente dirigée par Iyad Allawi. Parmi les personnes tuées ou blessées dans ces attaques figurent des juges et des hauts fonctionnaires ainsi que des ministres du gouvernement et des responsables de la police et de l’armée. Mais ce sont les civils irakiens qui comptent le plus grand nombre de morts ; des milliers d’entre eux ont été tués ou blessés dans des attaques, attentats-suicides et autres, perpétrés par des groupes armés.

Amnesty International n’a cessé de condamner les attaques contre des civils, les enlèvements, prises d’otages et autres graves exactions perpétrées par des groupes armés et de demander que cessent immédiatement ces violences ; l’organisation appelle les auteurs de l’enlèvement de l’ambassadeur Ihab al Sherif à le remettre en liberté immédiatement et sans condition, ainsi que tous les autres otages.

Pour obtenir de plus amples informations, veuillez contacter le Service Presse d’Amnesty International au 02 543 79 04 ou consulter les entrées « Irak » sur les sites http://www.amnesty.be et http://www.amnesty.org

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.