communiqué de presse

Irak. Les autorités kurdes ne doivent pas empêcher les civils qui fuient les combats de passer

Des milliers de civils irakiens épuisés fuyant le conflit dans le nord-ouest de l’Irak sont bloqués aux points de contrôle séparant les provinces kurdes autonomes, qui dépendent du Gouvernement régional du Kurdistan, du reste de l’Irak, a déclaré Amnesty International mercredi 2 juillet.

Presque toutes les familles interrogées aujourd’hui et la nuit dernière par l’équipe de recherche d’Amnesty International en Irak sont des Turkmènes chiites qui ont fui Tal Afar il y a deux semaines, quand des combattants de l’État islamique en Irak et au Levant (EIIL) ont pris la ville. Depuis, ces familles avaient trouvé refuge dans la province de Sinjar, plus à l’ouest en direction de la frontière avec la Syrie, mais elles ne se sentent pas en sécurité car l’EIIL a récemment pris le contrôle de certaines parties de la zone frontalière.

« Des milliers de civils terrifiés ont laissé derrière eux leur foyer et leur vie, tout cela pour se retrouver coincés dans les rues. Les autorités régionales kurdes ont pour obligation de permettre aux civils irakiens qui fuient les combats de pénétrer dans les provinces dirigées par le gouvernement régional ou de les traverser  », a déclaré Donatella Rovera, principale conseillère d’Amnesty International pour les situations de crise.

Un homme, père de huit enfants, a conduit pendant près de sept heures depuis Sinjar : il a fait un grand détour pour éviter Mossoul et Tal Afar, où il vit, qui sont désormais sous le contrôle de l’EIIL. Il a expliqué à Amnesty International : « Nous ne voulons pas rester au Kurdistan. Nous voulons seulement le traverser pour rejoindre la route qui va vers le sud et qui mène à Bagdad et Najaf.  »

De même, des musulmans sunnites, nombreux à fuir les zones contrôlées par l’EIIL (Mossoul, Tal Afar et leurs environs) par crainte des frappes aériennes du gouvernement, ont rencontré des difficultés croissantes pour pénétrer dans les provinces placées sous l’autorité du Gouvernement régional du Kurdistan. Beaucoup ont tout simplement abandonné et sont rentrés chez eux, où ils vivent dans la peur.

On estime à un million le nombre de personnes déplacées en Irak depuis janvier 2014. Selon l’Organisation internationale pour les migrations, au 25 juin, la province de Sinjar accueillait 10 000 personnes déplacées à l’intérieur du pays.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.