Irak/Syrie : La coalition reconnaît le décès de 1 300 civils

À la suite de l’annonce de la coalition dirigée par les États-Unis selon laquelle au moins 1 302 civils ont été tués involontairement lors de frappes qu’elle a lancées en Syrie et en Irak entre août 2014 et fin avril 2019 :

« Bien que toute reconnaissance de responsabilité de la coalition dirigée par les États-Unis dans des décès de civils soit la bienvenue, la coalition demeure dans un déni profond quant à l’ampleur dévastatrice des pertes civiles causées par ses opérations, tant en Irak qu’en Syrie, a déclaré Donatella Rovera, conseillère principale sur la réaction aux crises à Amnesty International.

«  En avril, Amnesty International a lancé, en partenariat avec Airwars, une enquête qui a révélé que plus de 1 600 civils avaient été tués rien que lors de l’offensive de Raqqa, en 2017 – ce qui signifie que les victimes reconnues ne représentent qu’une fraction du nombre total de personnes tuées.

« La reconnaissance aujourd’hui de nouvelles victimes civiles souligne combien il est nécessaire de mener, de toute urgence, des enquêtes approfondies et indépendantes qui permettent de déterminer l’ampleur réelle des pertes civiles causées par les frappes de la coalition, d’établir si chaque attaque était ou non conforme au droit international humanitaire et d’accorder pleine et entière réparation aux victimes.

« Même dans les cas où la coalition a admis sa responsabilité, elle ne l’a fait qu’après que des décès de civils ont fait l’objet d’une enquête et été portés à son attention par des organisations comme Amnesty International et Airwars. »

« Même dans les cas où la coalition a admis sa responsabilité, elle ne l’a fait qu’après que des décès de civils ont fait l’objet d’une enquête et été portés à son attention par des organisations comme Amnesty International et Airwars. Jusqu’à présent, la coalition n’a mené aucune enquête sur le terrain ni indiqué les raisons des pertes civiles. Tant qu’elle n’analysera pas clairement ce qui s’est passé au cas par cas, elle ne pourra pas en tirer les enseignements. »

Amnesty International a mené des enquêtes approfondies sur le terrain, a interrogé des victimes et des témoins à Raqqa et à Mossoul, et a recueilli des informations sur des centaines de cas de civils tués lors des frappes de la coalition.

Pour en savoir plus sur ces recherches :

Rhetoric versus Reality : How the ‘most precise air campaign in history’ left Raqqa the most destroyed city in modern times
La « guerre d’anéantissement » a fait des ravages dans la population civile à Raqqa
At Any Cost : The Civilian Catastrophe in West Mosul, Iraq
Irak : Des civils ont été tués chez eux par des frappes aériennes, alors que le gouvernement leur avait recommandé de ne pas quitter Mossoul

Toutes les infos
Toutes les actions

Ahmed H. doit être autorisé à rentrer chez lui

Ahmed H., incarcéré à tort pour « complicité d’acte terroriste », n’a plus vu sa femme et ses filles depuis 4ans. Chypre doit l’autoriser à rentrer chez lui, auprès de sa famille. Il risque d’être renvoyé en Syrie.