Irak. Une enquête doit être menée sur les allégations de coups portés sur un journaliste irakien

Déclaration publique

Index AI : MDE 14/033/2008 (Public) -
ÉFAI

Amnesty International a appelé ce mercredi 17 décembre les autorités irakiennes à enquêter sur les faits qui lui ont été signalés concernant Mountazer al Zaïdi, le journaliste qui a lancé ses chaussures sur George W. Bush, président des États-Unis. Selon les informations reçues, le journaliste aurait eu une main et des côtes cassées et souffrirait d’une blessure à l’œil après avoir été roué de coups par des responsables de la sécurité ; il serait hospitalisé.

Selon certaines sources, il aurait été frappé à la tête à coups de crosse.

Les faits se sont déroulés le 14 décembre, lors d’une conférence de presse donnée par le président George W. Bush et le Premier ministre irakien Nouri al Maliki, au cours de laquelle le journaliste a lancé ses chaussures sur le président américain. Des médias du monde entier couvraient l’évènement.

Amnesty International n’admet aucun acte de violence, quel qu’il soit. Toutefois, les autorités irakiennes ont le devoir d’enquêter sur les allégations de torture ou autres mauvais traitements qui auraient été infligés à Mountazer al Zaïdi et de poursuivre en justice les auteurs présumés de telles violences. Les autorités irakiennes doivent également dévoiler où se trouve le journaliste, veiller à ce qu’il puisse consulter rapidement et régulièrement un avocat, avoir contact avec sa famille, recevoir les soins médicaux requis par son état et être préservé de tout acte de torture ou autres mauvais traitements.

Complément d’information

Mountazer al Zaïdi est le correspondant de la chaîne de télévision irakienne basée au Caire al Baghdadia. Il aurait été enlevé par des groupes armés et détenu et interrogé par les forces américaines en Irak. Selon le droit irakien (article 227 du Code pénal irakien de 1969), il risque une peine de deux ans d’emprisonnement ou une amende pour avoir publiquement insulté un chef d’État étranger. Le 16 décembre, son frère Dargham al Zaïdi a déclaré à la BBC que Mountazer al Zaïdi avait eu une main et des côtes cassées, qu’il présentait une hémorragie interne et une blessure à l’œil après avoir été roué de coups à la suite de son arrestation. Il a également été dit qu’il aurait été remis aux autorités judiciaires.

Le président George W. Bush s’était rendu à Bagdad pour y signer avec le Premier ministre irakien Nouri al Maliki l’Accord sur le futur statut des forces américaines en Irak (SOFA).

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées