Iran. Le discours de l’ayatollah Khamenei légitime les brutalités policières

FLASH

Le discours que le Guide suprême iranien, l’ayatollah Khamenei, a donné ce vendredi 19 juin dans la matinée montre que la détermination des autorités à lancer une répression violente si le mouvement de protestation se poursuit pourrait donner lieu à un massacre, a déclaré Amnesty International ce vendredi 19 juin.

« Nous sommes extrêmement préoccupés par les propos tenus par l’ayatollah Khamenei, qui semble donner le feu vert aux forces de sécurité pour réprimer violemment les protestataires exerçant leurs droits à manifester et à exprimer leurs opinions, a déclaré Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord. Nous craignons que, si de nombreuses personnes descendent protester dans la rue dans les prochains jours, elles ne fassent l’objet d’arrestations arbitraires et d’un recours excessif à la force comme cela était le cas ces jours-ci, d’autant plus que l’autorisation de manifester samedi 20 juin à Téhéran a été refusée. »

Dans une allocution télévisée à la nation à l’heure de la prière vendredi 19 juin à Téhéran, l’ayatollah Khamenei a demandé qu’il soit mis fin aux manifestations de protestation contre les résultats du scrutin présidentiel. Au lieu d’inciter les membres des forces de sécurité, y compris les bassidji (miliciens volontaires) à agir avec modération et dans le respect de la légalité, l’ayatollah a insisté sur le fait que les personnes qui persisteraient à manifester dans les rues seraient les seules responsables de la situation.

« Imputer aux manifestants pacifiques, plutôt qu’aux forces de l’ordre, la responsabilité de la sécurité sur les lieux constitue pour un chef d’État un manquement grave à ses obligations et ouvre la voie à tous les abus », a estimé Hassiba Hadj Sahraoui.

Les rassemblements pacifiques sont autorisés en toutes lettres par le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, auquel l’Iran est un État partie. Les responsables de l’application de lois ne doivent recourir à la force que lorsque cela est strictement nécessaire et dans la mesure exigée par l’exercice de leurs fonctions. Ils ne doivent pas utiliser d’armes à feu, à moins que cela ne soit inévitable pour protéger des vies humaines. Les membres des forces de l’ordre doivent faire preuve de modération, limiter les dommages et les blessures, et respecter et préserver la vie humaine.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse