Communiqué de presse

Iran. Un mineur délinquant condamné à mort risque d’être exécuté en secret

Le refus des autorités iraniennes de fournir à la famille de Saman Naseem, mineur délinquant condamné à mort dont l’exécution était prévue pour le 19 février au matin, toute information concernant l’endroit où se trouve le jeune homme et le sort qui lui a été réservé fait craindre qu’il soit torturé et exécuté en secret, a déclaré Amnesty International.

Saman Naseem a été transféré de la prison centrale d’Orumiyeh vers un lieu inconnu le 18 février 2015. Des responsables de la prison ont dit à sa famille de venir chercher ses effets personnels samedi.

« L’absence d’information concernant le sort de Saman Naseem et l’endroit où il se trouve, les responsables de la prison refusant de fournir la moindre indication à sa famille, est cruelle et inhumaine », a déclaré Hassiba Hadj Sahraoui, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

« Les autorités iraniennes doivent cesser de jouer avec les proches de Saman Naseem. Elles doivent immédiatement révéler où se trouve le jeune homme, empêcher son exécution et procéder à un réexamen minutieux de l’affaire. »

Saman Naseem a été condamné à mort en avril 2013, à l’issue d’un procès manifestement inéquitable, par un tribunal pénal de Mahabad, dans la province de l’Azerbaïdjan occidental. Il a été déclaré coupable d’« inimitié à l’égard de dieu » et de « corruption sur Terre » en raison de son appartenance présumée au Parti pour une vie libre au Kurdistan (PJAK), un groupe armé d’opposition kurde, et de son implication dans des activités armées à l’encontre des gardiens de la révolution. Il était alors âgé de 17 ans.

Dans une lettre rendue publique par Amnesty International, Saman Naseem, qui a maintenant 22 ans, décrit les actes de torture qu’il a subis au début de l’enquête. Il explique également qu’il a été incarcéré dans une cellule de 2 mètres sur 50 centimètres et qu’il a été contraint à apposer ses empreintes digitales sur des « aveux » alors qu’il avait les yeux bandés.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse