Irene Khan. Biographie

Document public

ORG 10/001/2007

Irene Zubaida Khan est, depuis le mois d’août 2001, la septième secrétaire générale d’Amnesty International.

En tant que première femme originaire du continent asiatique et de confession musulmane à prendre la direction de la plus grande organisation mondiale de défense des droits humains, Irene Khan, qui est bangladaise, a donné une nouvelle perspective à l’organisation et apporté son expérience et son enthousiasme pour ce qui est de placer les êtres humains au cœur des décisions à prendre.

Irene Khan a rejoint Amnesty International l’année du 40e anniversaire de l’organisation, à une période où Amnesty International cherchait les moyens qui lui permettraient d’évoluer et de s’adapter aux nouvelles formes de violations des droits humains dans le monde, et elle a fait face aux événements difficiles qui ont suivi les attentats du 11 septembre. Elle a également beaucoup fait pour étendre l’action de l’organisation aux domaines des droits économiques, sociaux et culturels et a engagé un processus de réforme interne et de renouvellement afin de permettre à l’organisation de réagir rapidement et avec souplesse à l’actualité.

Irene Khan a modifié la façon dont Amnesty International réagit aux crises, menant elle-même des missions de haut niveau au Pakistan, en Afghanistan, en Israël et dans les territoires occupés, en Colombie, en République démocratique du Congo, au Brésil, au Mexique, en Turquie, en Espagne, en Thaïlande, dans la région du Darfour au Soudan, ainsi qu’au Népal. Profondément préoccupée par les droits fondamentaux des femmes, Irene Khan a lancé un processus de consultation auprès des militantes pour concevoir une campagne planétaire d’Amnesty International contre la violence à l’égard des femmes. Cette campagne a débuté en mars 2004.

Irene Khan a tenu tout particulièrement à attirer l’attention sur les violations cachées des droits humains. En Australie, elle a insisté sur la situation désespérée des demandeurs d’asile en détention. Au Burundi, elle a rencontré des victimes des massacres et plaidé auprès du président Buyoya et d’autres parties au conflit pour que cesse le cycle des atteintes aux droits humains. En Bulgarie, la secrétaire générale d’Amnesty International a mené campagne pour que cesse la discrimination dont sont victimes les personnes atteintes de troubles mentaux. Au Mexique, elle a rencontré les mères de jeunes filles assassinées à Ciudad Juárez et transmis leurs demandes de justice au président Fox. En Espagne, elle a rencontré des victimes des attentats du 11 mars à Madrid. Au Népal, elle a eu un entretien avec le roi Gyanendra auquel elle a parlé de la dégradation de la situation des droits humains dans le pays.

Souhaitant travailler directement au contact des gens pour changer leur vie, Irene Khan a participé, en 1977, à la création de l’organisation Concern Universal, et a commencé son travail de militante des droits humains à la Commission internationale de juristes en 1979.

En 1980, Irene Khan a rejoint le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) et travaillé à différents postes ainsi que sur le terrain pour faire avancer la protection internationale des réfugiés. De 1991 à 1995, elle a été attachée de direction principale auprès de Mme Sadako Ogata, alors Haut Commissaire des Nations unies pour les réfugiés. Nommée chef de mission au bureau du Haut Commissariat en Inde en 1995, elle est la plus jeune représentante du Commissariat à l’époque, et en 1998, elle dirige le Centre de recherche et de documentation du HCR. Irene Khan a conduit l’équipe du HCR dans l’ex-République yougoslave de Macédoine pendant la crise du Kosovo en 1999, puis a été nommée, un an plus tard, directrice adjointe au service de la Protection internationale.

Irene Khan a fait des études de droit à l’Université de Manchester et à la Faculté de droit de Harvard, où elle s’est spécialisée en droit public, droit international et droits humains. Elle a reçu plusieurs distinctions universitaires, la Ford Foundation Fellowship, le Prix de la Paix (2006) de la ville de Sydney, le prix Pilkington récompensant les « Femmes de l’année » (2002) et le prix John Owens de l’Université de Manchester. Elle est docteur honoris causa de l’Université de Ferris (Japon) et de l’Université de Staffordshire (Royaume-Uni). Elle a été désignée comme l’une des 100 personnalités asiatiques et comme l’une des 100 personnalités de confession musulmane les plus influentes au Royaume-Uni.

Irene Khan est de nationalité bangladaise.

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse