Communiqué de presse

IRLANDE DU NORD. IL NE FAUT PAS GÂCHER L’OCCASION DE FAIRE FACE AU PASSÉ

Amnesty International a déclaré le 31 décembre 2013 qu’il ne fallait pas gâcher l’occasion de faire face au passé en Irlande du Nord, alors qu’aucun accord n’a été trouvé à l’issue des négociations multipartites qui se sont déroulées sous l’égide de Richard Haass.

Au terme des négociations qui se sont achevées au cours de la nuit, les cinq principaux partis politiques d’Irlande du Nord n’ont pas réussi à s’entendre sur une nouvelle approche capable de remédier aux séquelles de 30 années d’atteintes et violations des droits humains, entre autres questions.

Amnesty International demande que soient rendues publiques les propositions portées par les discussions entre ces cinq partis et que les négociations reprennent dans l’année à venir.

Patrick Corrigan, directeur d’Amnesty Irlande du Nord a déclaré :

« Nous sommes déçus que les partis n’aient pas trouvé d’accord pour ce qui est de faire face au passé, mais nous restons déterminés à faire pression pour que la vérité éclate et que justice soit rendue à toutes les victimes en Irlande du Nord.

« Les progrès obtenus par les partis et l’équipe de Richard Haass vers un accord sur une nouvelle approche face au passé ne doivent pas être gâchés ni assombris par des désaccords sur d’autres sujets.

« Les partis doivent rendre publiques les propositions concernant l’approche pour faire face au passé, clarifier les points de désaccord qui subsistent et donner aux victimes et à la population en général la possibilité de se positionner. Les politiciens doivent ensuite se rassoir autour de la table des négociations et n’en partir que lorsqu’ils auront trouvé un accord. »

John Dalhuisen, directeur du programme Europe et Asie centrale d’Amnesty International, a indiqué :

« Trop de victimes sont trahies depuis trop longtemps par les mécanismes mis en place pour enquêter sur les événements du passé. Il faut en finir avec ce manque de volonté politique.

« Malgré leur échec final, les négociations menées sous l’égide de Richard Haas ont permis de faire un grand pas en avant pour faire face au passé en Irlande du Nord. Il ne faut pas briser cette dynamique. Les gouvernements britannique et irlandais ont un rôle crucial à jouer et doivent y veiller.

« Tout nouveau mécanisme chargé d’enquêter sur les atteintes et violations des droits humains commises par le passé doit s’appuyer sur les principes des droits humains. Il doit être indépendant, doté de ressources suffisantes et disposer des pouvoirs de contrainte requis.

« Les victimes de violations doivent être au cœur du développement des propositions de Richard Haas sur l’approche face au passé, afin qu’un nouveau mécanisme jouisse de leur confiance et de la crédibilité et de la légitimité requises pour mener à bien son travail. »

En septembre, Amnesty International a publié un rapport de 82 pages intitulé Northern Ireland : Time to deal with the past , qui concluait que le précédent système d’enquête non global établi en Irlande du Nord s’était avéré inadapté à la tâche qui consistait à faire toute la lumière sur les atteintes et violations des droits humains commises par toutes les parties durant 30 années de violences politiques.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse