Communiqué de presse

Irlande. Les nouvelles directives sur l’avortement mettent en danger la vie et les droits des femmes et des jeunes filles

Les dernières directives de l’Irlande sur l’avortement sont de la poudre aux yeux : les professionnels de santé n’y verront pas plus clair et la vie et les droits des femmes seront mis en danger, a déclaré Amnesty International.

« La seule chose que ces directives clarifient réellement, c’est la nature très restrictive et inapplicable de la loi existante, a déclaré Elisa Slattery, chercheuse sur les droits en matière de sexualité et de procréation à Amnesty International.

« Il est futile d’élaborer des directives pesantes pour mettre en œuvre une loi restrictive qui n’est pas en phase avec les normes internationales relatives aux droits humains. Les autorités ne peuvent se contenter de donner des directives sur une loi défaillante ; nous avons besoin d’une approche complètement différente.  »

Les lignes directives rendues publiques le 19 septembre par le ministère de la Santé sont destinées à garantir qu’une femme ou une jeune fille enceinte puisse avoir accès légalement à l’avortement lorsqu’il existe un « risque réel et substantiel » pour sa vie.

C’est la seule exception autorisée au titre de la Loi sur la protection de la vie pendant la grossesse, promulguée en Irlande en 2013.

Toutefois, loin de clarifier cette loi pour les professionnels de santé chargés de l’appliquer, les lignes directrices reflètent et exacerbent ses nombreuses lacunes.

Elles n’apportent aucune réponse à la question cruciale que pose la loi : comment les professionnels de santé vont-ils pouvoir évaluer avec précision qu’une grossesse présente un risque « réel et substantiel » pour la vie d’une femme ou d’une jeune fille ?

« Ces lignes directrices relèguent au second plan le bien-être des femmes et des jeunes filles », a déclaré Colm O’Gorman, directeur exécutif d’Amnesty International Irlande.

« Elles demandent aux professionnels de santé de prendre une mesure équilibrée conforme à la Constitution lorsqu’ils décident si une femme répond aux critères pour se faire avorter. »

« Plutôt que d’adopter des mesures fragmentaires qui offrent un accès illusoire à l’avortement pour sauver la vie d’une femme ou d’une jeune fille, l’Irlande doit dépénaliser entièrement l’avortement. »

La Loi sur la protection de la vie pendant la grossesse, et le cadre juridique irlandais sur l’avortement, ont à plusieurs reprises été condamnés pour non-conformité avec les normes internationales relatives aux droits humains sur l’avortement.

Il y a peu, le Comité des droits de l’homme de l’ONU a critiqué en termes virulents les lois irlandaises sur l’avortement.

Il s’est dit très inquiet du fait que la Loi sur la protection de la vie pendant la grossesse érige en infraction l’avortement, y compris en cas de viol, d’inceste, de malformation fœtale létale, ou quand la santé de la mère est gravement menacée.

Il a également fait part de ses préoccupations au sujet des dispositions qui prévoient une surveillance excessive des femmes et jeunes filles enceintes et de celles qui ont exprimé des pensées suicidaires, ce qui accroîtra leur détresse mentale.


Voir aussi :

Amnesty International a soumis plusieurs de ces questions auprès du Comité des droits de l’homme de l’ONU :

http://amnesty.org/en/library/info/EUR29/001/2014/en.

Mon corps, mes droits est la campagne mondiale que lance Amnesty International pour que les instances étatiques, entre autres acteurs, cessent de régenter et de criminaliser la sexualité et la procréation. En 2014 et 2015, nous nous efforcerons d’obtenir des changements concrets dans la vie des gens de plusieurs pays, notamment en Irlande. Nous remettrons en cause les clichés stigmatisants et romprons le silence qui entoure ces sujets. Cette campagne vise à rappeler aux dirigeants du monde leur obligation de respecter, de protéger et de réaliser les droits sexuels et reproductifs. Pour en savoir plus : https://campaigns.amnesty.org/fr/campaigns/my-body-my-rights

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.