Irlande : Un référendum essentiel pour les droits des femmes

En prévision du référendum du 25 mais sur l’avortement, les femmes et les jeunes filles d’Irlande ont enfin la possibilité de voir leur droit de prendre des décisions relatives à leur corps reconnu

Ce référendum, obtenu de haute lutte, sera pour les Irlandais-e-s l’occasion de se prononcer sur la suppression d’une disposition de la Constitution interdisant l’avortement dans toutes les circonstances, sauf lorsque la vie d’une femme enceinte est menacée. Cette disposition, connue comme le Huitième amendement, fait de la législation irlandaise sur l’avortement l’une des plus restrictives au monde.

« Vendredi, une occasion historique nous sera donnée de modifier la Constitution irlandaise et de supprimer les restrictions ayant causé des souffrances indicibles à d’innombrables femmes et jeunes filles. Il ne faut pas laisser passer cette chance », a déclaré Colm O’Gorman, directeur exécutif d’Amnesty International Irlande.

« Voter "oui", c’est voter pour l’égalité, la dignité, le respect et la compassion. C’est un vote pour un futur où les droits des femmes et des filles sont respectés et protégés en Irlande. C’est un vote en faveur de l’espoir et de la fin de l’exil pour les femmes ayant besoin de recevoir des soins de santé en toute sécurité. »

Le Huitième amendement porte atteinte aux droits fondamentaux des femmes et des jeunes filles - notamment à leurs droits à la santé, à la vie, à la vie privée, à l’égalité et à la non discrimination, et au droit de ne pas subir de traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Chaque jour, quelque 10 femmes et jeunes filles quittent l’Irlande afin de subir un avortement à l’étranger. On estime que trois femmes et jeunes filles supplémentaires ingèrent une pilule abortive importée, sans aucun soutien médical. En utilisant des pilules abortives en Irlande, elles s’exposent à de possibles sanctions pénales, notamment des peines pouvant aller jusqu’à 14 ans de prison.

« Ce référendum a été obtenu à l’issue d’un combat long et difficile. Cela a pris 35 ans, 10 gouvernements et une campagne publique de grande ampleur pour en arriver là ; entretemps, la législation irlandaise a causé de grandes souffrance et s’est même traduite par des pertes humaines », a déclaré Colm O’Gorman.

« Il ne s’agit pas d’un vote visant à déterminer s’il y aura des avortements en Irlande - les trois décennies passées ont montré que le Huitième amendement n’a pas mis un terme à la nécessité pour les femmes de recourir à des services d’avortement. Il s’agit d’un vote visant à déterminer si les femmes qui subissent des avortements peuvent avoir accès à des soins en toute sécurité, tout en étant traitées avec compassion et dignité. » 

Complément d’information

Amnesty International Irlande se mobilise en faveur d’une loi relative à l’avortement qui soit respectueuse des droits humains, depuis le lancement de la campagne mondiale Mon corps, mes droits en 2014. Dire « oui » au référendum et à la suppression du Huitième amendement à la Constitution, qui date désormais de 35 ans, est crucial si nous souhaitons parvenir au résultat escompté.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la cruauté des USA envers celles et ceux qui ont besoin de protection

Détenir et traumatiser inutilement des personnes qui sont venues demander une protection devant des persécutions ou un danger de mort est cruel. Demandez à Donald Trump de respecter les lois internationales en matière de demande d’asile : signez la pétition !