Communiqué de presse

Israël doit démanteler le nouvel avant-poste établi en Cisjordanie

Les autorités israéliennes doivent immédiatement démanteler le nouvel avant-poste établi par des colons israéliens mercredi 1er mai aux environs de Naplouse, en Cisjordanie occupée, a déclaré Amnesty International jeudi 2 mai.

Ce nouvel avant-poste a été mis en place peu après le meurtre, mardi 30 avril, d’Evyatar Borovsky, un habitant civil de la colonie israélienne illégale de Yitzhar.

Evyatar Borovsky, qui portait une arme à feu au moment de l’attaque, a été poignardé à mort par un Palestinien qui a été blessé avant d’être arrêté par les forces israéliennes.

À la suite du meurtre, des colons ont déclenché dans le nord de la Cisjordanie une vague de violences contre les civils palestiniens et leurs biens, qui se sont notamment traduites par des jets de pierres sur des véhicules et l’incendie de centaines d’arbres.

« Amnesty Interantional déplore toute attaque délibérée contre des civils, y compris contre des colons. Mais il ne faudrait pas que ce meurtre serve d’excuse pour commettre de nouvelles violations des droits fondamentaux des Palestiniens  », a déclaré Ann Harrison, directrice adjointe du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.

« Les autorités d’Israël doivent de toute urgence démanteler le nouvel avant-poste et engager des poursuites contre tous les responsables de violences en Cisjordanie. »

« Les autorités israéliennes ont arrêté quatre colons mardi mais elles semblent avoir fermé les yeux sur la plupart des violences perpétrées à l’encontre de civils palestiniens et de leurs biens. Les pouvoirs publics ont pour responsabilité de protéger les civils palestiniens sous occupation et d’empêcher et de sanctionner les violences commises par des colons. »

Il existe une centaine d’avant-postes non autorisés et plus de 130 colonies en Cisjordanie occupée, y compris à Jérusalem-Est, tous illégaux selon le droit international.

En 2012, le gouvernement israélien a autorisé de manière rétroactive 10 avant-postes et n’a rien fait pour empêcher des colons d’en établir quatre autres.

Les autorités israéliennes poursuivent également les démolitions de logements et autres constructions palestiniens en Cisjordanie. En 2013, plus de 200 structures ont déjà été détruites, obligeant près de 400 Palestiniens à abandonner leur foyer et en affectant plus de 500 autres.

« La politique qui consiste à installer des civils sur des territoires occupés, menée depuis longtemps par le gouvernement, va à l’encontre du droit international humanitaire. Au regard du Statut de Rome de la Cour pénale internationale, une telle politique constitue un crime de guerre », a souligné Ann Harrison.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées