ISRAËL ET TERRITOIRES OCCUPÉS : Amnesty International envoie des délégués à Jénine

Index AI : MDE 15/048/02

FLASH

Une délégation d’Amnesty International – composée de Javier Zúñiga,
responsable de la stratégie régionale au sein du Secrétariat
international de l’organisation, Kathleen Cavanaugh, membre de la
faculté de droit de l’université de Galway, en Irlande, et Derrick
Pounder, professeur de médecine légale à l’université de Dundee, en
Écosse – est arrivée à Jénine aujourd’hui (lundi 15 avril 2002). Les
délégués ont dû franchir deux postes de contrôle de l’armée israélienne
et marcher pendant deux heures avant d’atteindre Jénine. Ils s’efforcent
toujours d’accéder à l’hôpital et au camp de réfugiés.

« Nous craignons, si des investigations ne sont pas menées immédiatement
pour clarifier les circonstances dans lesquelles des centaines de
Palestiniens ont été tués au camp de réfugiés de Jénine, que des preuves
essentielles ne soient détruites, Israël persistant à isoler le camp du
monde extérieur », ont déclaré les délégués d’Amnesty International.

Les Forces de défense d’Israël (FDI) ont déclaré que les très nombreuses
personnes tuées à Jénine étaient mortes au combat. Les délégués
d’Amnesty International se sont entretenus avec des Palestiniens ayant
réussi à s’échapper de Jénine ainsi qu’avec des habitants de cette ville
et des camps par téléphone, et ont recueilli les récits de témoins
indiquant que des maisons avaient été bombardées ou rasées par des
bulldozers alors que leurs occupants se trouvaient encore à l’intérieur,
et que des Palestiniens, parmi lesquels des enfants, étaient morts en
perdant leur sang en pleine rue, abandonnés à leur sort.

Pour obtenir de plus amples informations, veuillez contacter le Service
de presse d’Amnesty International, à Londres, au +44 20 7413 5566 ou
consulter notre site web : http://www.amnesty.org

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse