Israël et territoires palestiniens occupés. Gaza - L’enquête des Nations unies doit être élargie

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

L’annonce ce mardi 10 février par le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon qu’il allait mener des investigations sur les attaques dont ont fait l’objet des installations de l’ONU dans la bande de Gaza est bienvenue mais insuffisante, à moins qu’une enquête générale ne soit ouverte, a déclaré Amnesty International.

« Les investigations des Nations unies ne doivent pas porter uniquement sur les attaques récentes des forces israéliennes sur des écoles, du personnel et des biens des Nations unies dans la bande de Gaza, a déclaré la secrétaire générale d’Amnesty International, Irene Khan. Les victimes des attaques contre les Nations unies ne sont pas les seules à avoir besoin de savoir pourquoi leurs droits ont été violés et qui était responsable de ces agissements, elles ne sont pas les seules à vouloir obtenir justice et réparation. Ce qu’il faut c’est une enquête internationale générale qui porte sur toutes les allégations de violations du droit international – par Israël, par le Hamas et par les autres groupes palestiniens armés impliqués dans le conflit. »

Les chercheurs d’Amnesty International qui se sont rendus dans la bande de Gaza et dans le sud d’Israël pendant et juste après les combats ont trouvé des éléments prouvant que des crimes de guerre et d’autres graves violations du droit international humanitaire ont été commis par toutes les parties au conflit. Il s’agit notamment d’attaques directes des forces israéliennes contre des civils et des biens de caractère civil palestiniens, d‘attaques allant à l’encontre de l’interdiction des attaques disproportionnées, et d’utilisation d’armes, telles que le phosphore blanc, ayant des effets non discriminants lorsqu’elles sont utilisées dans des zones densément peuplées. Au cours de la même période, le Hamas et d’autres groupes armés palestiniens ont procédé à des centaines de tirs aveugles de roquettes sur des agglomérations du sud d’Israël.

L’organisation appelle le secrétaire général des Nations unies à élargir immédiatement le champ d’application des investigations dont il a annoncé le lancement aujourd’hui, afin qu’elles couvrent toutes les allégations de violations du droit international humanitaire et relatif aux droits humains par toutes les parties au conflit. Le Conseil de sécurité devrait soutenir cet appel en faveur d’une enquête globale.

« Le Conseil de sécurité doit assumer la responsabilité qu’il a de faire respecter le droit international et de veiller à ce que les responsabilités soient pleinement établies, a déclaré Irene Khan. Il doit apporter son soutien à la tenue d’une enquête exhaustive et indépendante qui couvre toutes les attaques ayant pu violer les lois de la guerre durant le conflit récent dans la bande de Gaza et le sud d’Israël. »

Amnesty International prie instamment tous les États membres de soutenir l’initiative du secrétaire général des Nations unies et de demander que l’enquête onusienne soit globale et porte sur l’ensemble des allégations de violations du droit international et relatif aux droits humains lors du conflit dans la bande de Gaza et le sud d’Israël.

« Il ne pourra y avoir de paix et de sécurité à long terme au Moyen-Orient si les responsabilités ne sont pas clairement établies pour les crimes relevant du droit international, et s’il n’est pas mis fin au cycle de l’impunité pour les graves violations perpétrées par toutes les parties », a conclu Irene Khan.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.