Israël : il faut mettre fin à la détention administrative

Le militant palestinien Khader Adnan observe une grève de la faim depuis le 18 décembre 2011, pour protester contre son maintien en détention sans inculpation ni jugement aux mains des autorités israéliennes.

Khader Adnan a entamé cette grève de la faim le lendemain de son arrestation, à son domicile en Cisjordanie occupée, pour protester contre les mauvais traitements que lui avaient fait subir des membres de l’Agence israélienne de sécurité (AIS).

Le 10 janvier 2012, un commandant militaire a signé son ordonnance de placement en détention administrative pour une durée de quatre mois. Cette ordonnance expire le 8 mai, mais peut être renouvelée indéfiniment.

Khader Adnan se trouve actuellement à l’hôpital dans le nord d’Israël. Après plus de 60 jours de grève de la faim, les médecins ont averti que sa vie était en danger imminent. Il est toujours détenu, enchaîné en permanence à son lit d’hôpital et sous surveillance constante de gardes armés.

La détention administrative est une procédure aux termes de laquelle des personnes sont incarcérées sans inculpation ni jugement pendant des périodes pouvant aller jusqu’à six mois, renouvelables indéfiniment. Cette détention bafoue constamment le droit des détenus à un procès équitable, que garantit l’article 14 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques (PIDCP).

Khader Adnan compte parmi les 309 Palestiniens actuellement placés en détention administrative par les autorités israéliennes, dont un homme incarcéré depuis plus de cinq ans et 24 membres du Conseil législatif palestinien. Des centaines de prisonniers palestiniens se sont joints à la grève de la faim de Khader Adnan.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.