Israël. L’Expulsion du directeur des recherches de HRW met en danger la liberté d’expression.

La décision d’expulser le directeur des recherches de HRW pour Israël démontre l’intolérance grandissante à l’égard de la critique

Réagissant à la décision d’Israël d’expulser Omar Shakir, le directeur des recherches de Human Rights Watch pour Israël, Magdalena Mughrabi, directrice adjointe pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord à Amnesty International, a déclaré :
« Nous soutenons entièrement Omar Shakir et condamnons fermement la décision d’Israël de révoquer son permis de travail et de lui ordonner de quitter le pays. Il s’agit d’un nouveau signe inquiétant de l’intolérance grandissante envers les voix dissidentes. »

« Interdire l’accès au territoire aux personnes qui recueillent des informations sur les atteintes aux droits humains ne permettra pas de dissimuler les violations massives commises par Israël sur fond de plus de 50 ans d’occupation »

« Les autorités israéliennes doivent immédiatement cesser de harceler les défenseurs des droits humains. Interdire l’accès au territoire aux personnes qui recueillent des informations sur les atteintes aux droits humains ne permettra pas de dissimuler les violations massives commises par Israël sur fond de plus de 50 ans d’occupation. Israël doit abroger les lois qui restreignent arbitrairement les activités de plaidoyer en faveur des droits humains, y compris la critique des violations des droits humains et des atteintes au droit international humanitaire commises par le pays. »

Complément d’information

Human Rights Watch a déclaré que les autorités israéliennes avaient révoqué le permis de travail d’Omar Shakir en raison de son soutien présumé aux mouvements de boycott d’Israël et qu’elles lui avaient donné 14 jours pour quitter le pays.

La décision de révoquer son permis de travail s’appuie sur une modification de la Loi régissant l’entrée sur le territoire datant de 2017 qui interdit d’entrée en Israël et dans les TPO toute personne qui soutient ou encourage un boycott tel que défini dans la Loi anti-boycott de 2011. La Loi anti-boycott érige en délit civil tout appel à un boycott d’institutions ou d’entreprises israéliennes, y compris celles opérant dans des colonies illégales dans les TPO.

Ces deux lois sont contraires à l’obligation incombant à Israël de respecter le droit à la liberté d’expression et l’interdiction de la discrimination fondée sur les opinions politiques.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Stop à la campagne de répression contre les ONG en Inde

Signez notre pétition pour faire savoir au Premier Ministre, Narendra Modi qu’il doit impérativement laisser Amnesty Inde, ainsi que les toutes organisations et militants, travailler librement pour le respect les droits humains.