Israël : Les autorités israéliennes doivent libérer Ahed Tamimi immédiatement

En réaction à la décision rendue le 17 janvier par un tribunal israélien, qui a statué que la militante palestinienne Ahed Tamimi, âgée de 16 ans, inculpée de coups et blessures contre des soldats et de provocation, sera maintenue en détention jusqu’à jusqu’à la fin de son procès, Magdalena Mughrabi, directrice adjointe pour l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient à Amnesty International, a déclaré :

« Rien ne peut justifier le maintien en détention d’Ahed Tamimi. La vidéo des événements montre clairement qu’elle représentait une faible menace pour le soldat qu’elle a giflé, car il se trouvait devant elle, lourdement armé. Son maintien en détention est excessif au regard d’une infraction comparativement mineure et totalement inapproprié pour un mineur. Nous demandons aux autorités israéliennes de la remettre immédiatement en liberté.

« Le maintien en détention d’Ahed Tamimi et son procès devant un tribunal militaire illustrent la discrimination institutionnelle qui caractérise le traitement infligé aux mineurs palestiniens qui militent contre l’occupation israélienne et montrent qu’Israël bafoue ses obligations internationales en termes de droits humains vis-à-vis des mineurs.

« Ce serait une grave injustice si Ahed Tamimi était condamnée à une peine de prison à titre de sanction pour son militantisme contre les conditions répressives bien documentées mises en œuvre par les forces occupantes. »

Selon son avocat, Ahed Tamimi a subi des sessions d’interrogatoire longues et agressives, parfois durant la nuit, et les personnes qui l’ont interrogée ont menacé des membres de sa famille. Selon sa famille, elle a aussi enduré plusieurs transferts physiquement épuisants de la prison au tribunal en compagnie d’autres détenus mineurs, sans avoir accès à des toilettes.

Complément d’information

Ahed Tamimi a été arrêtée le 19 décembre 2017, après que sa mère, Nariman, militante bien connue elle aussi, a publié en ligne la vidéo de l’altercation. Nariman Tamimi a été arrêtée plus tard ce jour-là et la cousine d’Ahed, Nour Tamimi, le lendemain matin. Ahed s’est opposée aux soldats lors d’une manifestation organisée à Nabi Saleh contre la décision du président américain Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme la capitale d’Israël.

Le même jour, son cousin, Mohammad Tamimi, 15 ans, a été touché à la tête à bout portant par une balle en caoutchouc tirée par un soldat israélien. Il a été grièvement blessé.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

M. Borsus, dites non aux ventes d’armes à l’Arabie saoudite

Les armes vendues par la Région wallonne à des pays violant sans le moindre scrupule les droits humains font couler du sang innocent. Cela doit cesser. Signez notre pétition