JAMAÏQUE : Exécutions extrajudiciaires : l’immunité de la police est reconnue par la Cour suprême

Index AI : AMR 38/011/2003

Jeudi 8 mai 2003

Amnesty International est très préoccupée du fait que la Cour suprême ait
refusé d’ordonner au substitut du procureur général (ci-après dénommé DPP,
Director of Public Prosecutions) de rendre compte de sa décision scandaleuse
de ne pas poursuivre les policiers responsables de la mort de Patrick
Genius.

L’homicide dont a été victime Patrick Genius est, avec celui des Sept de
Braeton, l’un des exemples les plus frappants des exécutions
extrajudiciaires commises par la police jamaïcaine, à la connaissance
d’Amnesty International.

« En dépit d’éléments irréfutables montrant que ces policiers ont exécuté
Patrick Genius de manière extrajudiciaire, le DPP a inexplicablement refusé
d’inculper les policiers impliqués dans cette affaire. En n’ordonnant pas au
DPP de revenir sur sa décision ou de la justifier, la Cour suprême de
Jamaïque a permis aux autorités de persister dans leur refus honteux de ne
pas poursuivre les policiers impliqués dans des exécutions illégales, ce qui
contribue à persuader les policiers qu’ils n’ont de comptes à rendre à
personne », a déclaré Amnesty International.

Le 2 mai 2003, la Cour suprême de Jamaïque a décidé que le DPP n’avait pas à
justifier sa décision de ne pas inculper les policiers responsables de la
mort de Patrick Genius, qu’il n’avait pas non plus à revenir sur sa
décision, et qu’il était inutile d’exhumer le corps de Patrick Genius pour
en extraire les balles et les soumettre à une expertise. La mère de Patrick
Genius, Leonie Marshall, avait déposé une requête auprès de la Cour suprême
pour qu’elle procède à une révision judiciaire de la décision du DPP dans
l’affaire de la mort de son fils.

« Amnesty International est scandalisée d’apprendre que justice ne sera
toujours pas rendue aux proches de Patrick Genius. Cette affaire témoigne
d’une grave faiblesse du système judiciaire. De nombreux citoyens continuent
d’être tués par les représentants de l’État en Jamaïque, mais vers qui
peuvent se tourner les proches des victimes d’homicides illégaux commises
par des membres de la police, lorsque le système d’enquête et
d’établissement des responsabilités est tellement insuffisant ? Les proches
des victimes ont demandé aux tribunaux d’intervenir et de faire reconnaître
leurs droits. Malheureusement, les tribunaux ont préféré reconnaître le
statu quo et la passivité. »

Une fois de plus, la Jamaïque semble violer ses obligations définies par les
normes du droit international en ce qui concerne les enquêtes sur
d’éventuelles exécutions extrajudiciaires commises par des représentants de
l’État.

Amnesty International remet sérieusement en cause l’affirmation du DPP selon
laquelle il n’existe pas assez d’éléments pour poursuivre les policiers
impliqués dans la mort de Patrick Genius. Un jury, dans le cadre de
l’enquête du coroner, avait déjà jugé les policiers pénalement responsables
pour cet homicide. Il n’existe aucune raison de croire qu’un second jury ne
parviendrait pas à la même conclusion, après avoir étudié cette affaire.

Il existe de nombreuses raisons de remettre en cause devant un jury la
version présentée par la police de l’homicide de Patrick Genius. Comment
Patrick Genius a-t-il pu continuer à courir alors qu’il était blessé par
balles aux deux jambes ? Comment a-t-il reçu deux balles à l’arrière de la
tête, alors que la première l’aurait tué, le projetant donc au sol ?
Pourquoi les balles qu’il a reçues dans la tête avaient-elles été tirées
d’en haut, alors que les policier affirment s’être jetés à terre (leurs
balles auraient donc été tirées d’en bas) pour éviter ses coups de feu ?

« Au lieu de présenter ces éléments à un jury, le DPP semble avoir joué le
rôle de la défense et usurpé celui du jury en décidant que les policiers
n’étaient pas coupables. Il a manifestement outrepassé ses prérogatives. La
Cour suprême de Jamaïque aurait dû corriger cette entorse à la procédure »,
a déclaré Amnesty International.

Les autorités semblent être extrêmement réticentes à poursuivre des
policiers pour homicides illégaux, même avec des éléments très probants.
Dans le cas de Patrick Genius, le DPP est allé jusqu’à accorder des
entretiens à divers médias au cours desquels il a publiquement déclaré qu’il
ne pouvait pas désapprouver la défense qu’allaient probablement utiliser les
policiers - décision qui appartenait plutôt à un jury.

« Une fois encore, justice n’a pas été rendue aux victimes d’homicides
illégaux présumés commis par les forces de sécurité. Ce scandaleux état de
fait doit être corrigé par les autorités dès que faire se pourra », a
déclaré Amnesty International.

Contexte

La Jamaïque souffre d’un niveau alarmant d’homicides commis par la police.
En 2002, les policiers ont tué 133 personnes pour une population de
seulement 2,6 millions de personnes. Certes, certains de ces homicides
correspondent à un recours légitime à la force meurtrière, mais dans bien
des cas, de nombreux éléments donnent à penser qu’il s’agit d’exécutions
extrajudiciaires.

Cependant, pratiquement aucun policier n’a été poursuivi sous inculpation
d’homicide illégal. Malgré les nombreuses déclarations du gouvernement et du
DPP selon lesquelles les policiers impliqués dans ces homicides illégaux ne
jouissent d’aucune immunité, les autorités se montrent toujours incapables
de citer les policiers effectivement jugés, et encore moins condamnés. La
dernière condamnation relative à un homicide illégal commis par un policier
connue d’Amnesty International remonte à l’année 1999.l

Pour de plus amples informations sur la situation en Jamaïque, ou plus de
détails sur l’affaire Patrick Genius, veuillez consulter Jamaica : Killings
and violence by police : how many more victims ? [Jamaïque. Homicides et
violence de la police : combien de victimes encore ?] (index AI :
38/003/2001) et Jamaica : The killing of the Braeton Seven - A justice
system on trial [Jamaïque. L’homicide des Sept de Braeton - Un système
judiciaire en procès] (index AI : 38/005/2003)

Toutes les infos

Infos liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse