JAMAÏQUE : Mort d’un grand défenseur des droits humains : Amnesty International est en deuil

Index AI : AMR 38/010/2004
ÉFAI

Jeudi 10 juin 2004

COMMUNIQUÉ DE PRESSE

Ce jeudi 10 juin, Amnesty International déplore la perte de Brian
Williamson, tué le 9 juin 2004, et demande qu’une enquête approfondie soit
menée sur cet homicide.

« Brian Williamson était une personne courageuse, qui s’exprimait au nom de
l’une des communautés les plus marginalisées et persécutées en Jamaïque,
celle des homosexuels. La perte d’un défenseur des droits humains aussi
courageux est regrettable et laisse un grand vide », a déclaré Amnesty
International.

La police avait d’abord conclu à un homicide crapuleux, car un coffre-fort
aurait disparu des lieux du crime. Amnesty International demande aux
autorités responsables de l’enquête d’étudier le mobile de cet homicide en
faisant preuve d’ouverture d’esprit.

« Il est très possible que la personnalité de Brian Williamson, homosexuel
et défenseurs des droits des homosexuels, ait fait de lui une cible pour des
homophobes. Les responsables de l’homicide ont peut-être volé de l’argent ou
des objets après avoir commis leur crime, leur motivation première restant
la haine des homosexuels », a déclaré Amnesty International.

Il est possible que Brian Williamson ait été tué à cause de sa sexualité et
des déclarations publiques dans lesquelles il défendait les droits des
homosexuels. Amnesty International considère les menaces qui pèsent sur les
défenseurs des droits humains comme une menace pour la promotion et la
protection de tous les droits humains. Les autorités doivent agir pour que
cet homicide fasse l’objet d’une enquête exhaustive et impartiale.

Amnesty International regrette les morts tragiques qui endeuillent chaque
jour la Jamaïque et condamne régulièrement les violences commises par des
criminels. Tout homicide constitue une violation des droits humains. Lorsque
la victime est une personne qui oeuvrait à la protection des droits des
autres, cet homicide est particulièrement inquiétant.

Brian Williamson était membre fondateur du Jamaican Forum for Lesbians
all-Sexual and Gays (J-FLAG) ; c’était également l’une des rares personnes
capables de s’exprimer publiquement sur les problèmes de la communauté
homosexuelle.

La Jamaïque souffre d’homophobie à un degré effrayant, et le J-FLAG reçoit
régulièrement des menaces verbales.

Selon certaines informations, la nouvelle de la mort de Brian Williamson
aurait été saluée par certains Jamaïcains, et accueillie par des rires, à
cause de son homosexualité. Ce comportement est inquiétant.

« Tous les homicides en Jamaïque doivent être condamnés, quelles que soient
la race, l’origine ethnique, l’affiliation politique ou l’orientation
sexuelle de la personne tuée. »

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.