Article

Jeune et infecté par le VIH aux Philippines

Marvin Ted Membreve , militant d’Amnesty International Philippines, évoque son parcours jusqu’à l’acceptation de sa séropositivité.

J’ai été diagnostiqué séropositif au VIH en août 2013 et suis sous traitement depuis près de neuf mois. J’ai eu un seul rapport sexuel sans protection, qui a complètement changé ma vie. J’étais sous le choc quand j’ai appris la nouvelle – dans le déni total, puis ayant envie de me tuer. Je n’arrivais pas à imaginer comment mes amis réagiraient s’ils étaient au courant. Mais, au milieu de toute cette peur et cette peine, la première question qui m’est venue à l’esprit était : «  Ma famille ? Dois-je le lui dire ?  »

En fin de compte, la première personne à qui j’en ai parlé était ma mère. Je me souviens encore de sa réaction : elle était effondrée. Au cours de ma « confession », elle m’a posé de nombreuses questions – comment, quand et où avais-je été contaminé par le VIH ? J’ai dit que je l’avais attrapé en ayant un rapport sexuel non protégé avec mon petit ami, puis je lui ai donné quelques informations de base au sujet du VIH pour l’aider à comprendre.

Condamnation sociale et discrimination

Malgré toutes les incertitudes, je n’ai pas perdu espoir. Je suis un homme qui a des relations sexuelles avec des hommes. J’ai les mêmes droits sexuels que tout le monde. J’ai le droit de vivre sans subir de contrainte, de discrimination et de violence liées à mon orientation sexuelle. J’ai le droit de mener une vie sexuelle sûre, satisfaisante et agréable, et d’avoir le meilleur état de santé susceptible d’être atteint. Cependant, il n’est pas facile de revendiquer ces droits. J’ai des amis qui sont dans la même situation que moi, mais ils ont peur de révéler leur état à cause de la condamnation sociale et de la discrimination qui visent les personnes vivant avec le VIH.

Beaucoup de gens ici pensent que le VIH se propage par voie aérienne. Ils ont donc peur d’entrer en contact avec des personnes séropositives. Nous devons changer ces idées fausses en dispensant une éducation sexuelle complète, qui aidera aussi à diminuer le taux croissant de contamination par le VIH au Philippines, notamment chez les jeunes.

Ambassadeur du changement

Mon expérience m’a donné envie d’être militant et éducateur pour sensibiliser les gens à cette question, en particulier les plus vulnérables. J’ai donc décidé de suivre des études pour devenir enseignant du second degré, car être professeur me permet de militer pour la santé et les droits des adolescents en matière de sexualité et de procréation, ainsi que d’améliorer la connaissance du VIH/sida.

Être membre d’Amnesty Philippines et défendre les droits sexuels et reproductifs aux côtés d’autres jeunes militants dans le pays continue de me motiver. Nous militons pour les droits des LGBT, pour un meilleur accès aux services de santé reproductive et pour une meilleure connaissance du VIH/sida. Récemment, j’ai participé à l’atelier international de formation des formateurs consacré aux droits sexuels et reproductifs par Amnesty, lors duquel j’ai acquis des compétences que je peux appliquer à mon travail de sensibilisation sur le VIH et le sida. L’an prochain, les jeunes militants d’Amnesty Philippines mènent une campagne enthousiasmante sur l’application de la Loi relative à la santé reproductive adoptée dans le pays en 2014, qui prévoit l’accès universel à la contraception, à l’éducation sexuelle et aux soins de santé maternelle. J’ai vraiment hâte d’y participer.

Acceptation totale

Vivre avec le VIH, c’est pour moi un tourbillon d’émotions. Je suis passé par de nombreux stades – colère, dépression – avant de m’accepter totalement en tant que personne vivant avec le VIH. Il m’arrive encore d’être déprimé, mais je sais que je dois garder le moral pour que ma numération globulaire reste bonne.

Mes amis d’Amnesty et de la Family Planning Organization of the Philippines continuent de me soutenir en permanence. J’ai la chance d’avoir beaucoup de monde autour de moi, qui me tient la main et m’aide à rester fort.

Marvin Ted Membreve milite pour les droits sexuels et reproductifs et défend les droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles et transgenres (LGBT) avec Amnesty International aux Philippines. Il est également éducateur pour la Family Planning Organization of the Philippines (Organisation pour le planning familial des Philippines).

La condamnation sociale associée au VIH/sida existe partout dans le monde. C’est l’un des nombreux problèmes contre lesquels nous luttons dans le cadre de la campagne mondiale Mon corps, mes droits d’Amnesty International, consacrée aux droits sexuels et reproductifs. En ce moment même, en Afrique du Sud, les femmes enceintes ou ayant un bébé qui vivent dans la pauvreté et avec le VIH sont confrontées à d’énormes obstacles pour accéder aux soins de santé. Découvrez comment vous pouvez contribuer à supprimer ces obstacles.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.