JO Rio 2016. Des sacs mortuaires devant l’ambassade du Brésil

Ce mardi 2 août, à trois jours de l’ouverture des Jeux olympiques de Rio, des militants d’Amnesty International ont placé devant l’ambassade du Brésil à Bruxelles 20 sacs mortuaires, représentant la moitié du nombre de personnes tuées par la police en mai 2016 à Rio de Janeiro. Ils ont également déposé une couronne de fleurs symbolisant les 120.000 signatures récoltées dans 15 pays (dont plus de 13 000 en Belgique) d’une pétition qui demande la mise en oeuvre de politiques de sécurité publique dans le cadre des Jeux olympiques de Rio 2016 qui respectent les droits humains. Deux représentants d’Amnesty International Belgique ont été reçus par l’ambassade, qui s’est montrée ouverte et réceptive aux messages de l’organisation de défense des droits humains.

Cette action fait écho à la conférence de presse qui se tient ce mardi à Rio de Janeiro et au cours de laquelle la Sport and Rights Alliance (qui réunit Amnesty International, Football Supporters Europe, Human Rights Watch, la Confédération syndicale internationale, Terre des Hommes, Transparency International Allemagne et UNI Global Union) exposera les nouvelles recommandations faites au Comité International Olympique, lesquelles visent à mettre fin aux violations des droits humains provoquées ou aggravées par les Jeux olympiques.

« Il est intolérable que, sous prétexte de pacifier la ville, les forces de sécurité de Rio se livrent à de si violents et scandaleux excès. Le Comité organisateur qui gère les Jeux olympiques doit assumer sa part de responsabilité quant à cette terrible situation et doit mettre tout en oeuvre pour que les droits humains soient respectés dans le cadre des Jeux olympiques, ne serait-ce que par cohérence avec les valeurs olympiques, qui se retrouvent bien malmenées », explique Philippe Hensmans, directeur de la section belge francophone d’Amnesty International.

Depuis le mois d’avril, Amnesty International a fait part de ses préoccupations quant au risque accru de violations des droits humains à l’approche des Jeux olympiques de Rio 2016, comme ce fut le cas lors d’autres grands événements sportifs comme la Coupe du monde de football 2014 et les Jeux panaméricains de 2007. Depuis 2009, lorsque la candidature de Rio pour accueillir les Jeux a été retenue, plus de 2 600 personnes ont été tuées dans la ville par la police, principalement dans les favelas et autres zones marginalisées de la ville. Les victimes sont majoritairement de jeunes hommes hommes noirs de moins de 30 ans.

Plus globalement, l’organisation au Brésil de grands événements sportifs a été entachée par l’expulsion forcée de plusieurs milliers d’habitants pour permettre la construction d’infrastructures et par une très forte hausse des homicides de civils perpétrés par les forces de sécurité.

Toutes les infos

Infos liées

Toutes les actions

Actions liées

Les Rohingyas persécutés et privés d’aide humanitaire

Au Myanmar, les forces de sécurité mènent une campagne violente et sans pitié contre les Rohingyas. Il faut agir pour que cela cesse