JORDANIE : Irène Khan, secrétaire générale d’Amnesty International, s’entretient de l’Irak avec le roi Abdallah.

Index AI : MDE 16/005/2003

« Les droits humains et les besoins humanitaires du peuple irakien doivent
être la principale préoccupation dans le débat sur l’Irak », a déclaré Irène
Khan, secrétaire générale d’Amnesty International, à la fin de sa visite en
Jordanie. S’exprimant à l’issue de son audience avec Sa Majesté le Roi
Abdallah bin Hussein, Irène Khan a salué l’appel du roi pour que soit
accordée une plus grande attention à la situation humanitaire à l’intérieur
de l’Irak en cas de guerre.

Le roi Abdallah a assuré que la Jordanie accorderait protection aux réfugiés
si les hostilités se déclenchaient et que les organisations internationales
pourraient être présentes dans le pays.

« La Jordanie possède une longue tradition d’accueil des réfugiés, a déclaré
Irène Khan. La communauté internationale doit apporter son soutien à la
Jordanie et aux pays voisins et veiller à ce que les fonds nécessaires à
l’aide et à la protection de ceux qui fuient leur pays soient mis en place.
 »

Au moment où les tensions s’accentuent avec la menace de la guerre et où les
libertés d’expression et de réunion subissent des pressions renouvelées, la
secrétaire générale d’Amnesty International a souligné la nécessité de
protéger les droits humains en Jordanie. Elle a salué l’engagement du roi
Abdallah à faire en sorte que « les personnes puissent exprimer leur opinion
 » et sa disposition à réexaminer la législation existante, entre autres la
loi 54 de 2001, qui a été utilisée pour restreindre la liberté d’expression
et arrêter et maintenir en détention des personnes.

Cette visite en Jordanie fait partie de la campagne de pression d’Amnesty
International auprès des États membres des Nations unies, au rang desquels
figurent des gouvernements de la région du Moyen Orient ; le but de cette
campagne est de faire en sorte que les droits humains et les implications
humanitaires de la crise en Irak soient véritablement pris en compte.
Amnesty International tente d’obtenir l’autorisation de se rendre en Irak
depuis 1983 ; l’organisation a reçu récemment une réponse positive du
gouvernement irakien.

« Nous cherchons à dialoguer de façon sérieuse. Nous sommes conscients que
dans la situation politique hautement sensible dans laquelle nous nous
trouvons, les droits humains peuvent faire l’objet de manipulations de la
part de toutes les parties. Cependant nous devons chercher à obtenir une
réponse aux sérieuses préoccupations qui sont les nôtres depuis des dizaines
d’années au sujet des droits humains en Irak », a déclaré Irène Khan.

Toutes les infos

Infos liées

Marathon 2017 : SIGNEZ POUR LES DÉFENSEURS DES DROITS HUMAINS

Cette année, les 10 individus en danger du Marathon des lettres sont des défenseurs des droits humains. Ils ont tous besoin de votre aide. Nous vous proposons de signer pour eux, en un seul clic.